MISERY LOVES CO : Your vision was never mine to share

MISERY LOVES CO : Your vision was never mine to share

Chant du cygne d’une formation suédoise de metal industriel à la trajectoire assez confidentielle malgré des premières parties bien cool (Slayer, Fear Factory, Machine Head, quand même), ce « Your vision as never mine to share » est pourtant un disque assez fantastique. Débarrassé de ses oripeaux très noise industriel mais ayant pris soin d’en conserver la tonalité générale et les voix hurlées / distortionnées, le (désormais) quatuor rafraîchit et épure son style, lui conférant un côté très pop franchement bienvenu. Bien sûr, tout ça ne servirait à rien si Misery Loves Co n’avait également conservé ce sens de la mélodie et du riff providentiels ; d’évidence et dès la première écoute, celui-ci est bien présent. Si j’ai bien quelques préférences parmi ces dix titres (« No exit », « On top of the world », « Damage driven » et l’excellente reprise du « The drowning man » de The Cure, que je préfère presque à l’originale), c’est l’ensemble dont je n’hésite pas à louer les mérites ici. Si je voulais trouver une comparaison, je parlerais probablement du Marilyn Manson de l’époque « Antichrist superstar » / « Mechanical animals », mais sans le décorum et tout ce qui peut énerver. Avec le recul, je pense que c’est son image de second couteau d’une scène occultée par le Révérend (et pourtant assez riche) et le côté très antipathique de son leader Patrick Wiren qui ont précipité la chute de Misery Loves Co. Dommage car la route qui s’ouvrait à lui était plus que prometteuse !

Misery Loves Co. – Your Vision Was Never Mine To Share by El Ratón on Grooveshark

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Il est parfois difficile, même quand on le fait depuis des années, de qualifier la musique, de la mettre dans une case ou deux pour qu'en face, le lecteur qui n'a pas l'envie ou l'occasion de laisser traîner une oreille sur un disque puisse s'en faire une idée précise. Là,…
  • 10000
    Six ans après un « Circle Of Snakes » bof bof, le héros Glenn Danzig repointe ses muscles et son regard ténébreux, un nouvel album dans la poche kangourou de son pantalon de cuir. Bon, avouons-le, depuis quelques années, rien de ce qui sort de sa batcave n'est très excitant, alors si…
  • 10000
    En un peu plus d'une vingtaine d'années, le révérend Marilyn Manson est passé de vilain épouvantail de l’Amérique bien-pensante à une simple constante de l'équation, revenant périodiquement foutre un peu le boxon, histoire de montrer qu'il est encore capable de faire peur, qu'il reste le taulier. Un peu comme Alice…
  • 10000
    La découverte de cet album des américains Citizen fait partie des petits bonheurs tant espérés quand on a un loisir aussi chronophage que le mien. Étiqueté emo / post hardcore, j'avoue que je me suis écarté de la route du groupe, fatigué d'écouter des choses certes bonnes mais assez convenues.…
  • 10000
    Gnostic Gorilla est un duo de Toronto pratiquant un mélange fort peu radio-friendly de rock gothique, electro-dark, coldwave et musique industrielle. Chant péremptoire ou râles menaçants, nappes étranges, rythmiques lentes et technoïdes, guitares très rock, à la limite du metal, influences folk et world, plusieurs univers se conjuguent ici pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *