MEW : + –

mewplusminus

Le nom de Mew ne vous dis peut-être rien. Je ne vous jetterai pas la pierre, même si vous pourriez trouver chez moi une bonne moitié de leur discographie ; le groupe danois souffre d’un certain manque de médiatisation. D’ailleurs, si vous tapez « Mew » sur votre moteur de recherche préféré, vous aurez plus de chance de tomber sur du contenu concernant un pokemon que sur ces originaires d’Hellerup. « + – », sixième album du quatuor, ne change pas vraiment la formule musicale, et ne modifiera pas la perception qu’en ont ses fans, ses éventuels détracteurs, et n’amènera donc pas plus d’assoiffés à sa source. Et c’est bien dommage, car une fois de plus, sa pop indé largement teintée de rock progressif, à la fois douce et rêveuse, fait mouche sans mal sur les longs titres comme les plus courts. « + – » est un très bon disque, mais un de ceux qui prend son temps pour être apprécié, et seul la plupart du temps, car il est aussi passionnant qu’il est riche et complexe. Non, complexe n’est pas le mot, car la musique du groupe est finalement dans sa forme assez accessible, même si ses structures sont changeantes et élaborées. Et c’est là tout l’intérêt de la musique de Mew, cet équilibre pas si précaire entre esthétisme et feeling. Validé, encore !

Site officiel

Paroles de l’album

Mew : Satellites

Related Posts

  • 10000
    Trio de londoniennes au look ouvertement baba cool, Stealing Sheep n'est pas du genre à se prendre la tête. Sa musique est à leur image ; simple, immédiate, ouverte et joyeuse. Entre électro-pop nouvelle et indie pop psychédélique, elle pourrait être rapprochée d'un Alt-J ou d'un Unknown Mortal Orchestra. En dix…
  • 10000
    At The Hollow est un trio finlandais qui sort avec ce « What I hold most dear » son premier album ; voici les seules infos que j'ai en ma possession à l'entame de « Was it worth it », premier titre et également premier single de l'album. Mais très vite, à l'écoute de ce…
  • 10000
    Croisés il y a deux-trois ans sur une compil indie pop, les estoniens de Ewert and the Two Dragons m'avaient laissé un très bon souvenir, celui d'une pop simple et entraînante. Ayant perdu de vue mon objectif d'alors de les découvrir sur disque, c'est avec de nombreux mois de retard…
  • 10000
    Difficile de trouver beaucoup de renseignements sur ce one-man band sur la toile, et pas facile non plus de mettre la main sur l'un de ses albums. Pourtant, Emil Svanangen alias Loney, Dear mérite qu'on se casse un peu la nénette. Il est quand même, l'air de rien, l'un des…
  • 10000
    "No certain night or morning", premier album des New Yorkais, m'avait soufflé par sa faculté à mélanger electro pop inventive et indie pop à la Radiohead (dont on pourrait franchement croire que les deux groupes partagent le même chanteur). Mais plus que la forme, c'est le fond qui m'avait séduit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *