MELAN : Angle mort

En 2018, je découvrais le mc toulousain Melan et son hip-hop à la fois classique et efficace, à l’écriture crue et réaliste. Le jeune homme s’imposait comme un acteur à suivre du hip-hop moderne. « Angle mort » marque une évolution dans l’écriture et la production. Plus lumineux, plus positif, autant dans les paroles que la musique. Bien sûr, sur « Abandon sauvage », on trouvait déjà trace de tout ça, mais l’ensemble était plus amer, plus mélancolique. Ici, on a pas complètement basculé du côté clair de la force, mais la plupart des titres de ce nouvel album se situent dans un « entre deux » qui plaira à la fois à son public d’avant qu’à celui qui le découvrira avec « Angle mort ». En fait, Melan est en train de grandir, et va faire grandir son auditoire avec lui. C’est plutôt bon signe en fait, et la preuve que le bonhomme est capable d’évoluer vite. Et bien. D’ailleurs, il a également assez confiance en lui pour n’accueillir qu’un seul featuring ici ; Davodka sur « Dose ». Fort réussi, ce titre. Tous les autres aussi. Encore une fois, Melan est généreux ; 17 titres et 47 minutes pour ce disque. Et il est également généreux en vrai rap. Et ça, c’est même pas moi qui le dit, c’est lui. Pour lui, ça se traduit par un attachement à l’écriture, au message véhiculé par le texte, et à une certaine intégrité. A l’écoute de ce disque, on ne peut que lui donner raison sur toute la ligne. Arrivé là, on ne cherchera d’ailleurs même plus à savoir si « Angle mort » est meilleur ou pire que « Abandon sauvage » ; on se laisse porter en appréciant la chance d’avoir, en 2020, encore des artistes de cette trempe dans ce genre, avec des idées, des convictions et la force de les réaliser.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ce serait mentir que d’affirmer que je suis autant attentif à la scène rap français qu’il y a dix ou vingt ans. Mais le genre sait me rappeler à son bon souvenir une fois de temps en temps, et me prouver que certains ont encore des choses intelligentes à dire,…
    Tags: melan, ne, rap, suivre, abandon, se, album, sauvage, a, français
  • 10000
    « Boombap 2.0 ». Une jolie formule qui, Lacraps l’avoue, n’a pas de signification profonde. Vieilles formules à la diction moderne, pourrait-on dire ? Oui. Lacraps, nordiste d’origine, montpelliérain d’adoption, est venu tard au rap. Trop occupé à survivre. Ce qui ne signifie ni qu’il est plus « street » qu les autres, ni moins…
    Tags: ne, a, rap, plus, mc, se, français, on, bien
  • 10000
    Drôle de chronique. Bien sûr, il arrive régulièrement que des disques de rap français apparaissent ici. Mais à titre posthume, je crois que c’est la première fois. Nepal, donc, s’est éteint le 9 novembre 2019, de causes inconnues. Et « Adios Bahamas » est donc à la fois son premier et son…
    Tags: a, ne, bien, plus, on, paroles, public, toute, mc, dit
  • 10000
    Décidément, je croise souvent le beatmaker Mani Deiz en ce moment. Et autant il est efficace et posé en solo, autant il est un atout considérable pour ses collaborateurs dans le domaine hip-hop. Cette fois-ci, donc, c’est avec Lucio Bukowski qu’il s’associe le temps de 38 minutes d’un rap français…
    Tags: rap, autant, français, mc, album, paroles, genre, a, minutes, cette
  • 10000
    Avec Beat de Boul, les Sages Poètes de la Rue, en featuring ou en solo, Zoxea a toujours été respecté et écouté dans le milieu du rap français. Et pourtant, le bonhomme est plutôt du genre discret côté production discographique. C'est un animal à sang froid, prenant son temps pour…
    Tags: c'est, plus, bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.