ME AND THAT MAN : New man, new songs, same shit vol.2

Troisième album pour ce nouveau projet de Nergal, toujours en bonne compagnie, piochant dans l’impressionnant répertoire de ses connaissances pour que chaque titre ait l’air d’une fête. Bon, ok, une fête sombre, un sabbat peut-être même, ou un enterrement, mais une fête quand même. Je ne citerai pas tout le monde ici, mais il y a du beau monde : Abbath, Myrkur, David Vincent, Devin Townsend, et plein d’autres, à raison d’un ou deux par titre. Le résultat se situe toujours entre rock, blues, gothic americana, et on peut aussi noter un petit côté soul par moments ici (comme sur « All hope has gone »). Le casting quatre étoiles, certes très centré metal, joue beaucoup en la faveur du disque bien sûr. Mais même si Nergal était le seul à bord, les titres auraient quand même de la gueule. Bien sûr, ils ont tous un air de famille, mais le tout sonne quand même un peu comme une compilation de niche. D’ailleurs c’est peut-être le reproche que je ferai à ce nouvel opus : je trouve qu’il s’éparpille un peu plus que les précédents, que les interprètes se lâchent un peu plus. Ce qui peut paraître anodin, mais sur certains titres, une interprétation peut faire basculer l’auditeur d’adhésion à rejet. C’est mon cas, je parle donc d’expérience. Le bilan de cette écoute est donc plus mitigée pour moi, d’autant plus que je trouve les titres moins percutants que par le passé. Peut-être y’a-t-il eu un peu trop de précipitation ? Ou alors c’est moi qui m’attendais à ce que le projet creuse encore plus le sillon de l’american gothic, alors qu’ici les titres sont bien plus empreints de feelings roots ? Je ne sais pas, en tout cas, je suis moins fan. Et vous ?

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Quand le premier opus de ce nouveau projet de Nergal est paru, je ne savais doublement pas à quoi m'attendre. Premièrement, parce que je ne savais pas qui en était à l'origine. Deuxièmement, ben, euh, parce que, quoi. Mais là, je suis paré. Enfin, c'est ce que je croyais. Parce…
    Tags: ne, man, bien, new, titres, titre, nergal, projet, rock, folk
  • 10000
    En lançant l’écoute de ce premier album de Me And That Man, je ne savais pas à qui appartenait le domaine dans lequel je pénétrais. Mais dès les premières secondes de « My church is black », j’ai compris sur quelles plates-bandes le groupe marchait lui-même ; Johnny Cash, Nick Cave, et toute…
    Tags: man, d, bien, nergal, rock, y, ne, americana, gothique, folk
  • 10000
    Jérôme Reuter n’est pas, sur ses disques, le mec le plus joyeux de la terre, ça on le savait déjà. Il distille à travers ses disques une amertume, une désillusion permanente, proche du nihilisme et du rejet de la société total du metal le plus extrême. Pas étonnant donc que…
    Tags: plus, folk, ne, titres, man, l, bien, rock, gothique
  • 10000
    Silas J. Dirge a beau être néérlandais, ses influences se situent outre-Atlantique. Son premier album, « Tales of woe », présentait un univers sombre et gothique à la dark americana. Ce deuxième opus, de l’aveu même de son auteur, va chasser sur des terres moins arides. Et si « Hang me high » porte…
    Tags: plus, d, ne, bien, l, qu, titres, americana, gothique, se
  • 10000
    Dans le petit monde de l'americana pur jus, le nom de Slim Cessna fait office de saint, sinon de guide spirituel. Il faut dire qu'il traîne son stetson depuis pas mal d'années dans le milieu, accompagné/suivi par son compère Jay Munly et quelques autres gravitant autour d'eux (dont un certain…
    Tags: monde, ne, plus, americana, rock, gothic, titres, toujours, bien, folk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.