MARILYN MANSON : Heaven upside down

« The pale emperor », le rejeton précédent de l’épouvantail américain, m’avait impressionné par son positionnement plus rock qui ne reniait jamais la noirceur et la personnalité développée par Brian Warner au cours de ses 28 années de carrière. A l’heure de découvrir si ce disque que je considérais comme charnière est suivi d’effets ici, j’avoue trembler un peu. Il faut dire aussi que le révérend est coutumier du fait. Allez, hop, sans transition, « Revelation#12 » se la joue déclaration de guerre ; les ennemis de son ennemi sont ses ennemis. Retour donc à un style très classique pour Manson, entre metal indus tribun et metal alternatif bluesy. « Tattoed in reverse » est un peu plus punchy et originale, mais ça reste pour moi du déjà entendu. C’est hélas la couleur générale de l’album. Un pas en avant, deux pas en arrière, Manson ne sait / ne veut pas choisir entre inspirer la terreur ou passer au stade supérieur. Oui, je sais, je pourrais être heureux de voir celui que j’ai adoré en 1995-1996 renouer avec ce qu’il a souvent bien fait. Mais voilà, moi j’ai vieilli, et vivre dans le passé ne me suffit pas forcément. Enfin, soyons honnêtes : ça pourrait être le cas si le bonhomme ne m’avait pas prouvé qu’il savait faire autre chose. Alors oui, « Say 10 », « We know where you fucking live », la plus groovy et sage « Kill4me »… et finalement un peu toutes, sont assez bien troussées, bien mieux en tout cas que la horde de titres poussifs qui ornaient un « Born villain » par exemple. Mais ça ne me suffit pas à avoir envie de lui faire squatter la platine comme « The pale emperor » avait pu le faire. Même la ballade « Blood honey » sent le réchauffé, et si « Threats of romance » montre quelques signes de recherches mélodique et structurelle, ça ne suffit pas : « Heaven upside down » est un autre de ces albums « d’après très bon disque ». Habituel, mais fatiguant.

Site officiel

Paroles de l’album

Marilyn Manson : Say 10

Marilyn Manson : We know where you fucking live

Related Posts

  • 10000
    En un peu plus d'une vingtaine d'années, le révérend Marilyn Manson est passé de vilain épouvantail de l’Amérique bien-pensante à une simple constante de l'équation, revenant périodiquement foutre un peu le boxon, histoire de montrer qu'il est encore capable de faire peur, qu'il reste le taulier. Un peu comme Alice…
  • 10000
    Le problème quand on se crée un personnage, c'est qu'on ne peut plus en sortir. Alors bien sûr on essaie de muter, d'évoluer en quelque chose d'aussi noir mais différent, mais bien souvent on se plante et on essaie de revenir au bercail la queue basse. En vain, puisqu'on s'est…
  • 10000
    Où en est Marilyn Manson aujourd'hui ? Il semble avoir abandonné l'idée de faire trembler l'Amérique, n'hésite plus à baisser sa garde et montrer ses faiblesses, et a récemment fait demi-tour pour repêcher son acolyte d'antan Twiggy Ramirez afin d'écrire conjointement ce nouvel et huitième album. Et puis, ne l'oublions…
  • 10000
    Ou quand le grand méchant loup avoue un amour immodéré pour le petit chaperon rouge...En quelques années, le révérend Manson est devenu l'ennemi public numéro 1 aux États-Unis. Décadent, irrévérencieux, polémique, provocateur, immoral, tout lui a été reproché, et il s'est contenté de sourire, jubilant. Survient un nouvel échec amoureux,…
  • 10000
    Quatre albums en douze ans, ça reste dans une bonne moyenne. Ce qui est dommage en revanche, c’est qu’aucune des productions de Motionless In White ne soit parvenue jusqu’à moi avant. Parce que oui, ce « Graveyard shift » se montre plutôt bien foutu pour son genre. Et son genre, justement, est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *