MARIKA HACKMAN : I’m not your man

Dans la catégorie « pochettes qui ne donnent pas envie », je demande celle de ce deuxième album de l’anglaise Marika Hackman. Après s’être fait remarquer avec quelques ep, une participation au deuxième Alt-J et un premier album solo, la voici revenue aux affaires avec un disque plus pop rock que ce qu’elle avait laissé entrevoir d’elle. Et on ne s’en plaindra pas : « I’m not your man » est un vrai petit bijou. Disque féminin par excellence, mais loin d’être cliché, il oscille entre douceur et caractère, sagesse et folie douce. « Boyfriend » n’a pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour convaincre le chaland : on y décèle déjà un univers très personnel. « Good intentions » et son gimmick étrange titillent les sens ; celui de l’humour, de l’absurde, et laisse un goût doux-amer auquel, finalement, on commence à s’habituer. Et si « Gina’s world » paraît un peu trop sage, on apprécie ces va-et-vient incessants, un peu comme si Marika Hackman était atteinte de troubles de la personnalité, mais des troubles vraiment sympa, de ceux qu’on aimerait développer soi-même. Parfois acoustique, parfois beaucoup plus rock, d’autres fois groovy ou folk, « I’m not your man » est une œuvre complexe et complète, mais qui ne laisse jamais ses auditeurs s’ennuyer, et ça c’est essentiel !

Site officiel

Paroles de l’album

Marika Hackman : Boyfriend

Related Posts

  • 10000
    Jeune et fraîche (elle a tout juste 21 ans), Alexandra Savior a pourtant des goûts qui ne correspondent pas vraiment à son âge. Ce premier album se glisse discrètement entre indie pop et pop sixties de grand écran, et promène un spleen vaporeux sur 40 minutes de titres courts et…
  • 10000
    De Brooklyn, New York, ne naissent pas seulement de bon gros combos de hardcore. La preuve avec ce quatuor mixte qui sort son premier album de powerpop bien bubblegum, dont la voix de poupée d’Eva Hendricks ne fait que renforcer l’impact. Comme tout bon album du genre, « Guppy » est court…
  • 10000
    Si « Too sorry for any sorrow », deuxième album des bruxellois, débute par un « Future son » à la fois décontracté et mélancolique qui pourrait rappeler un Pedro The Lion plus léger, il faut poursuivre l’écoute un peu plus avant pour entrevoir le potentiel pop garage du combo. Je suis, comme beaucoup,…
  • 10000
    Derrière ce nom rigolo se cache un duo lillois qui définit sa musique comme du « rock augmenté ». Un nom bien énigmatique pour dire que « Singularity », sorti sur Atypeek Music (ben tiens) est un joyeux bordel. D'ailleurs, si on devait le définir finement, on serait bien embêtés. Rock fusion, c'est peut-être…
  • 10000
    Un nom énigmatique, un titre qui vous parle, un artwork tout aussi lunaire, des fois ça suffit à avoir envie de découvrir un album. Allez, on se lance, et tant pis si le ramage ne correspond pas au plumage... Sauf que quand « Doolhof », superbe instrumental entre indie pop, electro et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *