MANCHESTER ORCHESTRA : A black mile to the surface

Un arbre décharné, un personnage dont on ne sait s’il en monte ou en descend… Drôle d’accueil. C’est par la rampante « The maze » que débute le voyage. Manchester Orchestra prend son temps pour installer son rock indé hybride, en équilibre entre riffs musclés, traversées mélancoliques limite émo et ambiances shoegaze. Je n’avais jamais eu l’occasion de croiser le chemin de ce groupe mais je ne regrette vraiment pas cette rencontre. Vous l’aurez compris, ce groupe n’a de mancunien que le nom, et ce cinquième album se fait l’écho de leur style particulier, rollercoaster émotionnel moderne entre exigence d’artisan de l’ombre et accessibilité mélodique grand public. Certaines chansons ont beau la jouer attraction-répulsion, l’ensemble reste assez stupéfiant. La voix évocatrice d’Andy Hull épouse parfaitement ses thèmes musicaux doux-amers, et des titres comme un « The moth » se chargent de signaler à l’auditeur qu’on est pas chez monsieur tout le monde, et certainement pas au sein d’une fabrique à tubes au kilomètre. On sent que le groupe canalyse son caractère et ses élans rock, et c’est tant mieux ; tout en nuances, « A black mile to the surface » est de ce fait une œuvre mature et majestueuse, montrant tour à tour une puissance et une sensibilité qui lui assure une adhésion quasi-immédiate. Belle performance messieurs !

Site officiel

Paroles de l’album

Manchester Orchestra : The gold

Manchester Orchestra : The alien

Related Posts

  • 10000
    Greg Dulli ne déçoit jamais vraiment. Alors après un retour déjà assez convainquant il y a trois ans avec un « Do to the beast », lorsqu’on nous annonce que les Afghan Whigs nous reviennent avec un disque plus proche du rock fiévreux des nineties, on ne peut que saliver. Parce que,…
  • 10000
    Le premier album du duo Honeyblood m'avait titillé plus qu'émoustillé. Mais c'est déjà ça. Et je m'étais promis de suivre le chemin emprunté par le groupe, conscient du potentiel que l'album Honeyblood promettait. « Babes never die », donc. Une fois passée une intro pas très opportune, la chanson-titre tente de nous…
  • 10000
    « Holy fire », le disque précédent de Foals, quittait les terres de l'indie pop pour faire un passage remarqué dans le rock. Un changement de cap qui en a désarçonné certains. Mais c'est oublié que les oxfordiens sont coutumiers du fait ; le fossé entre « Antidotes » et « Total life forever » était, lui…
  • 10000
    Sixième album pour les américains de Mewithoutyou, un groupe qui a toujours voyagé au sein du large spectre rock. Tantôt rock alternatif, tantôt folk rock, tantôt indie rock, plus pop, plus expérimental, plus prog.... Concrètement, « Pale horses » est un peu de tout ça. Plus aventureux et furieux que « It's All…
  • 10000
    Qualifier sa propre musique de façon objective est souvent complexe. Cyril, le monsieur derrière Syd Kult, appelle le genre développé ici « deep rock ». Mouais. Je ne suis pas certain de le suivre sur le chemin qui confère à sa musique une aura unique et incomparable. Pour autant, il serait stupide…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *