MADRUGADA : Chimes at midnight

C’est drôle comme on fait les choses à l’envers parfois. Je ne me suis jamais trop penché sur le cas des norvégiens de Madrugada à ce qui est considéré comme leur apogée, à part (comme beaucoup) sur le single « Vocal » (sur l’album « Industrial silence »). Ce n’est que longtemps après leur split que j’ai découvert le talent de leur chanteur Sivert Hoyem. Repéré sur le calendrier des sorties, je me suis dit que ce nouvel album pourrait bien être l’occasion de corriger mon erreur. D’entrée, «Nobody loves you like I do » pose les jalons : un souffle épique, une coloration à la fois indie rock et folk / americana des routes secondaires, celles où se joue non pas les grandes épopées mais les petits drames, où ne passent pas les héros clinquants mais les losers magnifiques. Ouf. On aurait pu craindre que, suite au décès de son guitariste, le groupe choisisse de donner à sa musique des élans plus positifs, ensoleillés, pour combattre sa douleur et la morosité ambiante. Il n’en est rien, heureusement pour nous ; l’indie rock de Madrugada est toujours aussi globalement sombre. Bien sûr, certaines chansons sont un peu plus enlevées. Mais les tons orangés de la pochette de ce sixième album nous mettent sur la piste d’un crépuscule solitaire dans un vaste paysage désertique : c’est bien ça Madrugada. Sans surprise, c’est dans les titres les plus mélancoliques que je me retrouve le plus. Un « Stabat mater » est pour moi un pur régal. Comme dit plus haut, je ne connaissais pas vraiment la musique du groupe, et ne peux donc pas comparer. Mais je suis globalement assez sensible à sa country pop en mode mineur, et même si certaines pistes plus chargées de romantisme et de contemplation me sont moins destinées, j’ai apprécié le voyage.

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ce nom ne vous dit probablement rien. Et pourtant, si vous écoutez de la pop folk depuis quelques années déjà (hum, on va dire 10-15 ans?), il y a des chances que vous ayez déjà eu l'occasion d'écouter la voix suave de Sivert Hoyem se poser sur d'élégants titres du…
    Tags: sivert, hoyem, ne, on, album, titres, pop, se, folk, assez
  • 10000
    En France, on a la chanson à texte, à New York, il y a The Hold Steady. Derrière cette affirmation un peu osée, il y a une vérité et aussi la raison de la porosité très très relative des médias et du public français à ce groupe qui pourtant est…
    Tags: on, d, plus, non, n, c, groupe, ne, pop, rock
  • 10000
    Palehound est un trio de Boston mené par Ellen Kempner, qui l’envisageait à ses débuts comme un projet solo. Ce deuxième album sous la configuration actuelle prouve au moins qu’elle y a trouvé à la fois un équilibre et une atèle pour sa créativité. Palehound n’est pas un nom très…
    Tags: n, l, i, on, album, you, se, parfois, paroles, ne
  • 10000
    Avec ce nom qui ferait fantasmer nos (hum) grands comiques nationaux tant il est promesse de jeux de mots truculents, The Pines pourrait être perçu comme un groupe comme un groupe de petits rigolos, ou juste un groupe à éviter. Ce serait dommage, car ces américains ont développé depuis leurs…
    Tags: groupe, rock, folk, album, on, pourrait, vraiment, country, comparer, assez
  • 10000
    Avec son nom évoquant un chef indien anobli, Lord Huron pouvait-il pratiquer autre chose qu'un genre en lien avec les racines, la terre ? Nous voici donc en présence d'un disque de folk rock teinté d'americana, aux accents pop assez marqués, par un groupe qui signe ici un deuxième album assez…
    Tags: assez, ne, groupe, bien, rock, folk, americana
One comment to “MADRUGADA : Chimes at midnight”
One comment to “MADRUGADA : Chimes at midnight”
  1. J’ai découvert le groupe il y a 9 ans, avec leur premier album, le superbe Industrial Silence. J’ai ensuite acheté tous les autres, mais aucun ne m’a paru au même niveau (même si The Nightly Desease et The Deep End sont vraiment très bons).
    J’ai quand même écouté ce nouvel album dès sa sortie et je n’en décroche plus. On est sans problème au niveau d’Industrial Silence, c’est dire comme ce retour après une si longue absence était inespéré…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.