LYDIA AINSWORTH : Darling of the afterglow

Nous sommes à l’ère de l’image. Les images conditionnent ce qu’on mange, ce qu’on aime, ce qu’on veut, dirigent nos vies. Le premier album de Lydia Ainsworth affichait une image à la fois belle et sombre, comme une invitation à la mélancolie. Je ne pouvais la refuser, et je ne l’ai pas regretté, même si l’album avait ses limites. Ce deuxième opus arbore une image beaucoup plus lisse et propre. Et lumineuse aussi. On se doute donc même avant d’en lancer la lecture que quelque chose a changé. Mais en fait, on se trompe. « Darling of the afterglow » est le digne successeur de « Right from real ». Un peu plus personnel, un peu plus léger, mais baignant toujours dans un trip hop / electro-pop crépusculaire, sur un balcon avec vue sur le R&B moderne et hybride, celui dont on a pu parler ici même via Broods, Banks et autres FKA Twigs. Ce deuxième album est aussi bon que le premier, mais on s’est hélas depuis un peu habitués à la mixture proposée, et il aurait fallu aller un peu plus loin dans le son ou l’interprétation pour nous arracher autre chose que la même appréciation. Ah, et sinon, la reprise de « Wicked game » est plutôt cool.

Paroles de l’album

Site officiel

Lydia Ainsworth : The road

Related Posts

  • 10000
    A l'écoute de ce premier album de la canadienne, plusieurs noms viennent en tête : Bjork, Florence + The Machine, Kate Bush, Oh Land. On pourrait imaginer pire. En huit titres, la jeune femme installe un univers à la fois personnel et plein de petites touches de couleurs musicales bigarrées,…
  • 10000
    Banks fait partie de cette génération qui se fraie un chemin dans la musique en assumant complètement des influences indie autant que mainstream. En 2014, elle m'avait surpris avec un premier album mixant trip-hop, électro, indie pop et r&b. Deux ans plus tard, je suis curieux de découvrir la suite…
  • 10000
    Si je devais élire le style musical que je déteste le plus, j'avoue que j'hésiterais un peu, mais il y a de grandes chances que le R&B arrive en tête. Pourtant, depuis quelques temps, certains artistes jouent avec ses codes pour le pervertir, l'hybrider, l'amener sur un autre terrain. L'américaine…
  • 10000
    Un nom bizarre, deux eps qui ont fait le buzz parmi les "hautes sphères" de la musique, un univers vaguement trip-hop, il n'en faut pas plus pour allécher le vieux loup de mer que je suis, toujours en quête de sang neuf, s'approchant subrepticement, autant prêt à faire la révérence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *