LUSTS : Illuminations

lusts_illuminations

Lusts est un tout jeune duo, « Illuminations » est un premier album, et pourtant tout ici, du look pour le moins particulier du groupe aux sonorités déployées tout au long de ces douze premiers titres dévoilés au monde, sent les années 80 à plein nez. On y ressent l’influence de la new wave, du shoegaze, du rock psyché, on y entend Cure et Echo And The Bunnymen. Une certaine idée de la pop habite ce disque, une pop à la fois libre dans ses excroissances mais contrainte dans sa forme générale. C’est du moins l’impression qu ‘il me donne, cet « Illuminations ». On les sent habités par la passion, certes, les Lusts, mais celle-ci revêt pour moi un peu trop souvent la forme d’un abandon total à l’adoration d’un souvenir, fusse-t-il pas si lointain. Bref, ça sent l’hommage plus que l’inspiration, et ça, ça me chagrine. C’est bien foutu, on s’y croirait, mais j’ai franchement du mal à déceler ce qu’un disque comme celui-ci apporte au schmilblick. Pourtant, je ne vas pas le descendre pour autant. Parce qu’il n’est vraiment pas mauvais, qu’il n’a pas le temps de me saouler même si le genre développé n’est pas celui que je préfère, et que je sais pertinemment qu’il sera porté aux nues par une foule de nostalgiques de l’époque, et que je n’y trouve pas grand-chose à y redire. Au moins ceux-ci sont-il prévenus ; « Illuminations » n’amène rien de neuf, mais le fait bien.

Site officiel

Lusts : Illuminations

Related Posts

  • 10000
    Cela fait un bon moment que les fans de la première heure n'attendent plus d'être renversés par les nouveaux albums de The Cure, et ce malgré les annonces et promesses de son leader. Mais malgré tout, ils continuent secrètement à espérer un troisième souffle, une renaissance, un vrai bon disque,…
  • 10000
    Le renouveau pour Cure ? « L’album ultime », celui dont Robert Smith est si fier, arrive enfin entre mes oreilles attentives et impatientes. Car, même sans être un die hard fan de la formation, je lui reconnais(sais ? ) un talent indéniable pour composer des chansons accrocheuses et mélancoliques.…
  • 10000
    Et un de plus ! Les best of de Cure ne manquent pas ces dernières années. Ah non, là c'est un greatest hits, c'est pas pareil qu'on me dit ! Content de l'apprendre, mais je ne vois pas franchement la différence... Je ne m'étendrais pas sur le choix des titres,…
  • 10000
    J'ai découvert les Horrors avec "Strange House" et son rock garage sale et sauvage. J'ai adoré. Deux ans plus tard, "Primary Colours", se tournant vers des cieux plus cléments, m'a comme beaucoup déstabilisé. C'est le paradoxe du critique ; quelquefois, on reproche aux groupes leur immobilisme, et à d'autres, on…
  • 10000
    Après Interpol, nous gratifierait-on d’un nouveau chef d’œuvre mélancolique et prenant ses racines dans la cold wave des 80’s ? C’est du moins ce que laisse croire « Olio » qui introduit ce deuxième album des New Yorkais d’adoption de The Rapture. Par la suite, les choses se compliquent un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *