LORD BELIAL : The Black Curse

lord belial black

Si les suédois souffrent toujours d’une réputation de deuxième de la classe, appliqué mais sans imagination, ils ne se découragent pas pour autant et reviennent régulièrement à la charge ces dernières années avec des disques travaillés et assez réussis. « The Black Curse » est une fois de plus l’un de ces albums qu’on se plaira à écouter si on apprécie à la fois la brutalité débridée et la mélodie. En effet, Lord Belial pratique depuis ses débuts un black metal violent mais très accessible, puisque principalement mid-tempo et peu avare en plans acoustiques, atmosphériques, et en guitares heavy. On peut parfois penser à une espèce de mélange entre le Dimmu Borgir des débuts et les côtés les plus accessibles de l’actuel. Bref, un disque encore une fois fort réussi pour les suédois qui, s’ils continuent sur cette lancée, ne peuvent que gagner de nouveaux fans !

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Année après année, le personnel de Dimmu Borgir se réduit comme peau de chagrin, menaçant maintes et maintes fois de faire chavirer le navire. Pourtant, les capitaines Silenoz et Shagrath résistent contre vents et marées et maintiennent le cap d'un black metal symphonique de premier ordre. Cette fois-ci, les départs…
  • 10000
    Dimmu Borgir a clairement affiché avec ce disque sa volonté de revenir a un son plus brut, et plus proche de ses origines. Exit donc l'orchestre, qui pourtant avait fait de titres comme "Progenies of the great apocalypse" des titres-cultes. Mais dès la galette posée sur la platine, la première…
  • 10000
    Le retour du grand méchant Dimmu se fait encore sous le sceau du triptyque infernal. « Enthrone Darkness Triumphant », « Puritanical Euphoric Misanthropia », et maintenant ce « Death Cult Armageddon »…les paris sont ouverts quant au titre du prochain opus… « Picon Bière Caouettes » ? « Œuf…
  • 10000
    Quand les américains décident de pomper (un peu) la scène black sympho scandinave, cela donne Dragonlord. Si le premier album de la formation, « Rapture », lorgnait déjà bien vers Dimmu Borgir et consorts, celui-ci ne s’en cache plus et assume parfaitement, se privant de la petite part de personnalité qui avait…
  • 10000
    Tout commence par une pièce ample, épique et classieuse, même si un peu trop longue. Et puis arrive le deuxième titre, tout de black sympho vêtu, avec une légère pointe de folk, tout aussi épique, riche en narrations et osant quelques harmonies hors-normes. Et là votre serviteur se dit qu’il…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *