LOLA MARSH : Someday tomorrow maybe

Premier point important ; Lola Marsh n’est pas Lola Marsh. Toi y’en a pas comprendre ? Bon. Lola Marsh n’est pas une personne, ça n’est même pas une référence, une métaphore. C’est une sonorité. Lola Marsh était à la base un duo qui a évolué en « vrai » groupe. Pas non plus une histoire d’amité, ni d’amour. Une opportunité musicale, à tout point de vue. Est-ce que ce genre de fonctionnement est préjudiciable à la musique ? Apparemment, pas du tout. Car le deuxième album de cette formation israélienne de pop folk indie est remarquable. Il y a quelque chose de Cocoon ici (la connexion est d’ailleurs établie, un duo a été fait l’an dernier). Mais il y a quelque chose de First Aid Kit aussi. Quelque part entre intimité et grands espaces. Avec toujours une patte assez universaliste, « grand écran ». Du feeling, de la délicatesse et le goût de faire rayonner ça au-delà des frontières de la scène au travers d’arrangements grandioses (« Like in the movies », qu’ils disent…). Oui, le mot est fort. Mais les titres qui vous sont offerts ici également. Je lis souvent que l’inspiration de Lola Marsh est sixties. Bof. Si on considère que tout ce qui utilise une guitare folk pour poser des pop songs est sixties, alors ok. Mais il y a des moyens, des tournures plus modernes à l’oeuvre aussi. « Someday tomorrow maybe » bénéficie d’une grosse production, d’une luxuriance d’effets, et donc d’une profondeur de champ hollywoodienne. Ça va les placer dans la catégorie « mainstream » pour beaucoup. Et, bon, ils n’auront pas forcément tort. On va retrouver, on l’a déjà fait d’ailleurs, pas mal de titres sur des bandes originales de série, de films peut-être, en musique de pub etc, à n’en pas douter. Ils passent bien, ne présentent pas de flancs escarpés, ne feront pas polémique. Mais ils sont quand même très bons, alors j’achète !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Je ne vous l'apprends peut-être pas, je suis un gros fan de Cocoon. De sa période duo à son émancipation en solo, la musique de Mark Daumail m'a pas mal accompagné ces dix dernières années. Alors un nouvel album, c'est évident, a toute mon attention et ma relative bienveillance. Relative…
  • 10000
    Comme beaucoup de gens, j'adore Cocoon et j'attendais beaucoup de cet album. Car si « My friends all died in a plane crash » les avait révélés à un public qui ne s'attendait pas à une pop folk aussi charmante, « Where the oceans end » les propulsait en pôle position avec un genre…
  • 10000
    Pour moi, le duo Cocoon est certainement la révélation française de ces dernières années. Racée, élégante, délicate et personnelle, sa musique m'a immédiatement transporté, et continue à le faire dès que j'ai la bonne idée de remettre "My Friends All Died In A Plane Crash" sur la platine. Autant dire…
  • 10000
    Cocoon, ou comment passer du statut de petit groupe à l'aura fort modeste à celui de grand espoir français grâce à une revue réinventant le radio-crochet à l'échelon national. Bon, je ne m'étendrais pas sur le sujet, et promis, je ne critiquerais pas la "bible" des bobos. Et oui, après…
  • 10000
    Le charme de « My silver lining » avait comme pour beaucoup de pauvres bougres fait son effet sur moi en 2014. Les sœurs Söderberg y montraient une propension à créer la mélodie parfaite, interprétée de manière fraîche et percutante. Et l’album, sans égaler ce single imparable, n’était pas mal non plus.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *