LES MARQUISES : La battue

Derrière ce nom quelque peu pompeux, se cache une formation lyonnaise menée par Jean-Sébastien Nouveau, auteur, compositeur et multi-instrumentiste déjà responsable de Immune, Recorded Home et Colo Colo. Si vous n’en connaissez aucune, pas grave, je vous fais le topo. Le monsieur aime les ambiances mélancoliques et étranges, la musique électronique, le jazz et la new wave. Enfin, j’ai beau jeu de vous annoncer ça, puisque ce troisième album des Marquises est aussi ma première rencontre consciente avec lui, et que c’est ce que j’ai trouvé ici, entre quelques ambiances tribales et / ou mystiques. Et oui, vous êtes au parfum maintenant ; rien ici n’est académique, aucun titre ne vous fera dire « ah, j’m’en doutais » ! Est-ce que vous crierez pour autant au génie, vous promettant implicitement de vous repasser cet album en boucle jusqu’à épuisement ? Non plus. Mais il y a ici quelque chose d’addictif, dans le sens où on veut en savoir plus. Savoir d’où ça vient, où ça va, pourquoi, comment. Des questions dont, évidemment, nous n’aurons jamais les réponses, mais qui continuent à obséder l’auditeur pendant et après chaque écoute. Ne cherchez pas un tube. Vous trouverez de nouvelles formes de chansons, hybrides et fluctuantes. Certaines vous transporteront, d’autres vous feront hausser les sourcils, circonspect à leur écoute. Chacune est une pièce d’un puzzle bien plus grand, débuté bien avant ce troisième album et qu’on espère le plus long possible. Car il y a, dans ces pièces improbables, une pincée de sorcellerie ancienne, entre le poison lent et le filtre d’amour. A peine sorti de « La battue », je ne sais pas encore si j’étais le chasseur ou la proie dans cette histoire, ni si c’était un rêve ou un cauchemar. Une seule solution pour le savoir ; y replonger.

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Mammal Hands est un trio anglais formé en 2012 à Norwich par le saxophoniste Jordan Smart, le pianiste Nick Smart et le percussionniste Jesse Barrett. Mammal Hands fait partie de cette nouvelle génération de groupes jazz, élevés dans une certaine tradition, un respect pour le genre qui a été peu…
    Tags: d'un, jazz, plus, a, quelques, ne, d'autres, déjà, bien, nouveau
  • 10000
    Derrière ce nom rigolo se cache un duo lillois qui définit sa musique comme du « rock augmenté ». Un nom bien énigmatique pour dire que « Singularity », sorti sur Atypeek Music (ben tiens) est un joyeux bordel. D'ailleurs, si on devait le définir finement, on serait bien embêtés. Rock fusion, c'est peut-être…
    Tags: rock, on, n'est, pop, a, y, bien, nom, d'un, écoute
  • 10000
    Difficile de trouver beaucoup de renseignements sur ce one-man band sur la toile, et pas facile non plus de mettre la main sur l'un de ses albums. Pourtant, Emil Svanangen alias Loney, Dear mérite qu'on se casse un peu la nénette. Il est quand même, l'air de rien, l'un des…
    Tags: pop, rock, electro
  • 10000
    J'avais déjà croisé le bonhomme derrière le micro de Portico Quartet, mais jamais je ne m'étais penché sur la discographie de ce jeune homme à la voix d'or entre soul, jazz et pop. Et pourtant, ce « Pagodes » n'est autre que son troisième album. L'anglais pratique, comme on pouvait s'en douter…
    Tags: n'est, pop, entre, ne, jazz, a, on, dire, plus, l'auditeur
  • 10000
    Drab City est un nouveau venu sur la scène indie pop, mais il est constitué d’un duo ayant déjà expérimenté dans d’autres formations ce qu’ils voulaient ou ne voulaient pas faire avant de se retrouver, s’enfermer ensemble et communier à travers la musique. Un duo fusionnel donc, recroquevillé dans un…
    Tags: ne, pop, jazz, on, plus, se, indie, electro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *