LEPROUS : Malina

J’avoue ne pas trop avoir laissé sa chance à « The congregation », précédent album des norvégiens. Après un « Bilateral » et un « Coal » merveilleux, je ne voulais pas ouvrir les yeux et découvrir un groupe capable de me décevoir. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre avec « Malina », mais l’envie est plus forte. « Bonneville » commence, prend ses aises et… là, je me rends compte que le combo a encore fait un pas vers la pop. Point de prog ici, juste un indie rock aventureux. Attendez, ça ne veut pas dire que cette entame ne vaut pas tripette, bien au contraire : après un début tout en feeling et en douceur, ce titre opère une montée en puissance irrésistible, alliant force et beauté. Et si « Stuck » débute d’une façon beaucoup plus rock, il poursuit son chemin de façon aussi spectaculaire. Même chose pour « From the flame » et « Captive » ; le groupe se rapproche d’un math rock épique, d’un rock emo vraiment ampoulé et esthète. « Illuminate » introduit un peu plus d’electro, tandis que « Leashes » se la joue ballade. « Mirage » est un peu plus directe, moins fine, et j’accroche moins, même si elle comporte une architecture assez remarquable. Et nous voilà au morceau-titre, un « Bonneville » en second dans la forme, démarrant très doucement et finissant en apothéose. « Coma » mélange math rock et electro rock pour le meilleur. « The weight of disaster » est beaucoup plus léger que son nom ne le laisse présager, même si je lui trouve une couleur plus heavy metal que les autres. Enfin, « The last milestone » fait carrément dans le néo baroque, dramatique à en être déchirant. Vous l’aurez compris, « Malina » est (encore une fois) une pure merveille, et même s’il n’a plus grand-chose de « progressif » au sens classique du terme, l’essayer, c’est l’adopter !

Paroles de l’album

Site officiel

Leprous : From the flame

Related Posts

  • 10000
    Ceux qui me pratiquent depuis un moment savent mon goût mon le bizarre et le hors-norme. Alors quand j'ai entendu parler de Leprous, groupe de rock / metal progressif avant-gardiste, que Ihsahn a pris sous son aile sombre, et dont, d'ailleurs, certains membres font partie du backing band, il a…
  • 10000
    Derrière ce nom rigolo se cache un duo lillois qui définit sa musique comme du « rock augmenté ». Un nom bien énigmatique pour dire que « Singularity », sorti sur Atypeek Music (ben tiens) est un joyeux bordel. D'ailleurs, si on devait le définir finement, on serait bien embêtés. Rock fusion, c'est peut-être…
  • 10000
    Du rock luxembourgeois, je ne connais rien, peau de zob, walou. Les représentants du grand-duché ne se sont jamais bousculé à ma porte certes, mais je n'ai jamais non plus poussé mes recherches plus loin que le bout de mon nez. Bon, là, je pourrais écrire : « aujourd'hui, il faut que…
  • 10000
    Voilà un groupe dont on entend pas parler ou presque dans nos terres, et pourtant géniteur d'une discographie fort intéressante et d'un genre à mi-chemin entre rock indépendant et rock progressif, foisonnant d'idées et ayant développé un univers bien à lui depuis sa création en 2005. Car ce « Act IV »,…
  • 10000
    Ah, les islandais ! Côté musique, ils savent se montrer inventifs et originaux, ils l'ont déjà montré dans le passé, et à l'écoute de ce deuxième album, ça ne semble pas près de se calmer. Tant mieux. Bon, bien sûr, ça ne rend pas les choses plus simples à votre serviteur.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *