LE COMITE DE BRAILLEURS : Métropolitaine poésie

comite de brailleurs metropolitaine

Attitude foncièrement anti-commerciale, anti-poseurs et anti-intox, Le Comité de Brailleurs installe d’entrée de jeu (ah non, c’est du sérieux ici, garçon !) un climat urbain, froid et tendu. Les bases sont posées : on est pas chez Benny B. ici. La « Métropolitaine poésie » n’a rien de beau, de mignon. Tranchante comme une lame de rasoir, sèche comme un coup de trique, c’est ainsi qu’ils l’ont voulue. Aucun doute, les Félin, Paul Koan, H2 l’île, F2 l’île et Funest sont des gosses du béton. Cela se ressent (parfois un peu trop, on y perd en clarté…) dans chaque phrase, chaque son. les instrumentaux sont assez minimalistes et donnent un peu dans l’amateurisme. Les thèmes sont peu diversifiés, l’esprit est cynique…quant à la poésie, je la cherche encore… Copie à revoir, messieurs. Ou comment hurler pour ne rien dire de plus que les autres n’écrivent sur les murs dans un désespoir sans visage…

Related Posts

  • 76
    Les Marseillais de Dagoba sont sur une pente ascendante depuis un bon petit paquet d'années, et font tout pour rester sur le devant de la scène, s'imposant un rythme de croisière, une qualité compositive et une puissance rares. Bon, certes, la recette bouge peu ou pas du tout (ici, un…
    Tags: de, un, à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *