LAST CALL AT NIGHTOWLS : Ask the dust

ça commence comme une blague : un italien, un mexicain et deux australiens. Mais « Ask the dust » ne fait pas beaucoup rire. Ok, pas du tout en fait. Car sur ce premier album, le quatuor développe un dark jazz bien inspiré du maître Bohren & Der Club Of Gore, mais y ajoute une bonne dose d’expérimentation. Comme chez le groupe précité, le saxophone mène souvent la danse. En même temps, ils sont deux, c’est donc la moindre des choses. Mais partant de trames très lynchiennes et sombres (infrabasses, tintements, mélopées lascives et vénéneuses), les musiciens partent dans ce qui semble être des divagations plus free. Ce qui rend beaucoup plus compliqué l’assimilation et la digestion de ces sept titres. Même quand Terry Vainoras pousse la chansonnette (« La llorona »), on est toujours pas dans le smooth jazz. Parvenus en fin de parcours, « Ask the dust » laisse plus l’impression d’une superposition d’ambiances, d’une musique fonctionnelle servant d’illustration sonore à un spectacle ou un film que d’un tout pensé pour n’être qu’écouté. Bien sûr, puisqu’il est pensé pour être vécu ! Effectivement, ce disque est une expérience, dont les multiples textures et les couleurs changeantes sont aussi malaisantes que complexes. De mon côté, je préfère mon dark jazz plus fluide, moins capillotracté, mais je peux comprendre que Last Call At Nightowls puisse plaire à ceux qui aiment à a fois les ambiances sombres et chaotiques !

Playlist

Facebook

Related Posts

  • 10000
    C'est le moment d'éloigner les personnes sensibles des enceintes, mesdames et messieurs. Car Pleiadees est un projet parallèle de Massimo Pupillo de Zu (dont vous avez peut-être raté la chronique de « Jhator » dans les pages d'AUD?). Et s'il est décrit comme du dark jazz, ceux qui se sont déjà confronté…
    Tags: musique, ne, plus, a, premier, of, jazz, on, the, dark
  • 10000
    Avec 20 ans d’expérience et un paquet d’albums derrière eux, Macelleria Mobile di Mezzanotte ne sont pas des nouveaux venus sur la scène dark jazz internationale. Comme pas mal d’acteurs majeurs du genre, les connexions avec le monde du metal sont nombreuses et évidentes ; ici une distribution metal, là une…
    Tags: jazz, c'est, ne, bien, dark, disque, facebook, dont, plus, album
  • 10000
    Il y a quelques années, je faisais connaissance avec le dark jazz. D’abord avec Bohren & Der Club Of Gore bien sûr, puis avec d’autres joyeusetés, dont Dale Cooper Quartet et...The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble. Jason Kohnen, l’un des fondateurs du groupe, a récemment décidé de créer une nouvelle forme musicale.…
    Tags: dark, jazz, the, musique, sûr, bien, y, a, ambiances, on
  • 10000
    L'occasion de découvrir une nouvelle formation de dark jazz ne se présente pas tous les jours. Pour tout dire, à part Bohren & der Club Of Gore et The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble, je ne connais aucun autre prétendant au trône d'hériter d'Angelo Badalamenti. Pour ceux qui ne seraient pas au…
    Tags: ne, dark, jazz
  • 10000
    Huitième album pour Bohren et son club funèbre. Si le genre développé peut surprendre le promeneur du dimanche, ceux qui ont déjà rencontrés les allemands savent à quoi s'attendre ici : de longs titres, à la fois sombres et paresseux, égrainant les notes doucement, les laissant résonner dans la nuit.…
    Tags: bohren, club, album, gore, of, plus, der, c'est, on, y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.