LARKIN POE : Self made man

Cinquième album pour les sœurs Lovell alias Larkin Poe, et troisième à être présent sur les pages d’Adopte Un Disque ; ça ressemble à une histoire d’amour, non ? Bon, sans aller jusque-là, c’est un fait établi ; le duo s’est amélioré de disque en disque jusqu’ici, et sans vraiment s’imposer comme essentiel dans sa partie (le rock bluesy folk country musclé), il s’est quand même montré assez convainquant pour que votre serviteur aie envie de vérifier que Larkin Poe se trouve toujours sur une pente ascendante en 2020. Me voici encore à l’assaut d’un disque court (35 minutes pour 11 titres), au sein duquel les filles se font plaisir en exploitant leurs multiples facettes et leur talent pour bâtir des titres concis, pêchus et efficaces. Et ça commence bien avec un « Self made man » bien graisseux et puissant. « Holy ghost fire » est moins viril mais plus réussi pour moi ; le refrain entre dans la tête et tourne en boucle. « Keep diggin’ » arpente les mêmes paysages. « Back down south » accueille Tyler Bryant, un autre défenseur du blues rock, pour un résultat encore une fois excellent. « Tears of blue to golld » prend des couleurs plus rock n’ roll et country que je rapprocherais plus d’une Sheryl Crow ; pas mon titre préféré. « God moves on the water » est un blues rock trop classique pour marquer. « Every bird that flies » calme un peu le jeu, plus rampante mais plus percussive, avec son solo charmeur de serpent ; un bon titre de transition. « Scorpion » amène un univers plus pop et accrocheur, tout en restant ancré dans l’univers des frangines ; joli pas de côté. « Danger angel » reprend le flambeau folk blues cher à Larkin Poe, et ressemble à un générique de série netflix. « Ex-con » est un peu trop passe-partout pour me rester en tête. Et enfin, « Easy street » est un final country rock positif. Larkin Poe parvient donc à se renouveler tout en conservant les deux pieds enracinés dans leur style.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Si sur la photo de ce troisième album, les sœurs Lovell montrent encore leur jolis minois en gros plan ; de quoi laisser imaginer aux plus étroits d’esprits que les filles n’ont pas grand-chose de plus à proposer. Grave erreur. Les plus fidèles habitués (si y’en a) d’Adopte Un Disque se…
    Tags: plus, d, larkin, blues, poe, rock, l, se, s, disque
  • 10000
    Larkin Poe, c'est le groupe des frangines Rebecca et Megan Lovell. Les sœurs ont décidé en 2010 de poursuivre en duo la route musicale arpentée depuis quelques années par une forme plus étendue de leur formation (en fait, avec juste une frangine de plus) pratiquant un folk bluegrass très ricain.…
    Tags: larkin, poe, bien, plus, folk, sœurs, rock, préféré, pop, plaisir
  • 10000
    Bon, j’avais jusqu’ici fait l’impasse sur le petit phénomène hexagonal Laura Cox parce que, bon, reprendre des standards rock et blues, c’est bien, mais ça ne me passionne pas et… Oh, mais le snobinard ! Parce que, bon, avec une telle logique, je m’apprêtais à passer aussi à côté de ce…
    Tags: rock, l, bien, on, se, titres, s, c, blues
  • 10000
    La guitare dans le sang, la sueur sur le front, The Feedback est un groupe blues rock de mon coin qui ne conçoit sa musique que roots et live. Ce premier « album » autoproduit en atteste ; ici, on fait dans le direct et efficace. Pourtant, ça n’exclut pas quelques fioritures et…
    Tags: rock, l, plus, d, n, bien, blues, roll, the, bluesy
  • 10000
    2008. The Dad Horse Experience naît. Né d’une passion pour l’americana et d’une découverte tardive du banjo. Il faudra quelques années et l’album « Dead dof on a highway », pour que sa musique me parvienne. Des influences nobles interprétées avec un humour, détachement et avec un accent pour le moins particulier.…
    Tags: the, on, d, l, album, s, disque, entre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *