KRENG : The summoner

kreng_thesummoner

Quoi de mieux que le dark ambiant pour évoquer la mort, ou plus exactement le deuil ? Kreng, one-man band belge spécialiste du genre, nous présente à travers ce cinquième album son interprétation des cinq phases du deuil, auxquelles il en ajoute juste une petite sixième, juste comme ça, pour déconner. Et question déconne, il s’y connaît, le jovial Pepijn Caudron. Il fait ici preuve d’une imagination hors normes et hors cadre pour le genre, en adjoignant aux nappes froides et aux samples mécanique usuels des éléments comme des sonorités neo-classiques via des cordes (stridentes sur « Denial », et plus discrètes sur les autres), un piano mélancolique (« Acceptance ») et une dose de funeral doom (le grand final de « The summoning »avec la participation d’Amenra). Cette relative variété amène un peu d’originalité (vu le genre et le sujet, le terme de « fraîcheur » serait un peu exagéré) au disque, et lui permet de sortir la tête du rang. « The summoner » parvient alors sans mal à convaincre sur le reste, classique mais sans faille. Il existe une foule de projets dans le genre, mais celui-ci vaut vraiment le coup de s’y arrêter. Très bon cru.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Il y en a qui ont de l’humour…En effet, pour ceux qui ne connaîtraient pas le collectif suédois Desiderii Marginis, laissez-moi vous dire qu’ici on est pas vraiment en présence de joyeux drilles. Car la formation pratique un genre musical qu’on appelle dark ambient, sorte de paysage désolé peuplé de…
  • 10000
    Dans la catégorie "musique qui fout la trouille", je demande Apocryphos. Pour les connaisseurs (dont je ne suis pas, là pour le coup), ce projet est né de la séparation de Psychomanteum, autre projet dark ambiant, dont ce premier album est vraiment dans la continuité. Après trois écoutes, je suis…
  • 10000
    Dominick Fernow, le joyeux drille derrière Vatican Shadow, sévit depuis de nombreuses années au sein de la scène électro alternative, celle qui déconstruit, qui agresse, qui fait suer du cerveau plutôt que des guibolles. Ce qu'il propose ici, c'est un dark ambiant industriel répétitif, presque tribal, donc plus rythmé que…
  • 10000
    Enième projet solo d'un zigue dont, apparemment, le cerveau fourmille d'idées étant donné sa productivité, Painted Caves fait dans le dark ambiant industriel, et semble ne pas vouloir suivre les habitudes du genre, ou alors manquer d'inspiration pour le faire ; 7 titres en 32 minutes, c'est finalement assez court.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *