KOMPROMAT : Traum und existenz

Vous ne connaissez peut-être pas Kompromat. Eh ben c’est con pour vous. Parce que Kompromat est probablement le projet qui m’excite le plus en territoire electro cette année. Pourquoi ? Parce que c’est l’union entre Vitalic et Rebeka Warrior (de Sexy Sushi). Deux musiciens dont j’apprécie l’univers. Alors l’union des deux a tout pour me rendre hystérique. « Possession », qui ouvre ce premier opus, débute d’ailleurs de façon idyllique ; curieusement, le titre m’évoque un Kap Bambino. Et ça, c’est bon. Le morceau-titre lui fait suite ; une electro froide, percussive, chargée de mélodies acides qu’on peut croiser dans l’electro dark et l’EBM (quelques sonorités m’évoquent parfois un Void Construct), un chant allemand qui met bien dans l’ambiance… Sur « Niemand » et « De mon âme à ton âme », on retrouve plus le Sexy Sushi des chansons les plus ambiantes (« Retour de bâton »?). D’un point de vue général, ce disque a beau être 100 % electro, il sonne très punk et décadent. Voici une œuvre à déconseiller absolument à ceux qui chercheraient une electro dansante et facile (même si le rythme y joue un rôle de premier ordre). Ceux qui aiment l’electro sombre, spectaculaire, un poil grandiloquente et fière de ses racines germaniques pourront en revanche être fascinés et conquis par une œuvre assez jusqu’au-boutiste, un peu répétitive sur le long terme (c’est aussi le style qui veut ça) mais très très bien foutue. En tout cas, sur moi ça le fait.

Facebook

Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *