KOLSCH : Now here no where

Kolsch est un musicien et producteur danois qui opère sous ce nom depuis une bonne dizaine d’années. L’homme au chapeau a depuis sorti trois albums remarqués, chargés d’une electro house rythmée, mélodique et jolie, teintée d’influences techno et neo classique les derniers temps. Ce qui lui a aussi valu de se faire courtiser par des artistes en-dehors de son giron musical, parmi lesquels on peut citer Coldplay ou London Grammar. Ce quatrième album, on s’en rend compte même avant de le mettre sur la platine, s’écarte des habitudes du dj ; déjà, il a un vrai titre, pas résumé à une date. Une pochette qui change complètement aussi. Et puis on écoute. Dès « Great escape », ça saute aux oreilles ; les aspects neo classiques sont beaucoup plus affirmés. Ce qui n’a pas du tout exclu la coloration house qui colle à la peau du projet ; celle-ci est même encore prépondérante, les déploiements plus orchestraux servant juste de liant, pour rehausser le tout. C’est d’ailleurs assez dommage, quand on voit ce qu’un « enrobage complet » accomplit comme merveille sur « Time » brillamment co-interprété par les américains de Beacon. Attention, je ne dit pas que « Now here no where » est décevant. Il consolide ses acquis tout en ouvrant la voie à d’autres possibles, et c’est tout à son honneur. Cependant je trouve que l’équilibre n’est pas encore optimal, et que l’on sent encore trop les deux genres tenter de cohabiter sans vraiment y parvenir. Ceci dit, je comprendrais que les fans de la première heure de Kolsch ne partagent pas mon point de vue, puisque le fait que l’un prenne le pas sur l’autre traduirait un glissement, une forme de déni de sa propre identité. Mais quoi que choisisse le musicien, je veux être là pour y assister, ça promet d’être passionnant !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Les formations étiquetées dark jazz ne sont pas légion, alors chaque sortie du genre est scrutée à la loupe par les fans du genre. Aujourd'hui nous nous interesserons à Fogh Depot, trio moscovite qui, comme souvent, fait se croiser dark jazz et electro-ambiant pour un résultat sombre et créatif. Il…
    Tags: se, ne, merveille, aspects, classique, electro, fans, colle, d'une, album
  • 10000
    Voici un disque qui peut ou pas nous parler, pour diverses raisons. Derrière cette affirmation limite quantique, vous trouvez d’abord une collaboration ambitieuse. Celle de Julien Chirol, compositeur, musicien, arrangeur, producteur, croisé avec Sergent Garcia, Jean-Louis Aubert, Saul Williams, Piers Faccini, Feist, autant que sur la scène jazz et au…
    Tags: forme, classique, aux, plus, a, temps, neo, jeune, dynamique, post-format-image
  • 10000
    « Aukai », ce n’est ni un personnage marvel dont le nom aurait été mal orthographié, ni une marque de matériel musical. Cela fait référence à un état de transe selon la culture hawaïenne. Musicalement, Aukai propose un style très poétique, minutieux, délicat, s’inspirant beaucoup de la musique du monde (le monsieur…
    Tags: on, plus, musical, temps, faire, point, puisque, quatrième, album, projet
  • 10000
    J'ai raté le coche. J'avais suivi le berlinois Ben Lukas Boysen et son electro mutante un temps, puis je l'ai perdu de vue quelques années. Depuis 2016 exactement et son « Spells » enchanteur. Du coup, aujourd'hui, je m'attendais à retrouver une electro mutante et « piano-driven », comme on dit. Alors quand « Empyrean »…
    Tags: on, electro, classique, s'en, c'est, trouve, ne, d'ailleurs, album, instagram
  • 10000
    Encore du neo classique qui fricote avec de l'electro ? Oui. Mais le niveau est autrement plus haut que chez les voisins. D'abord, Laake a des moyens certains : suite au succès de son premier ep, il a pu employer les services d'un orchestre. Ce qui tomberait vite à l'eau si Laake…
    Tags: lui, album, plus, ne, a, faire, trois, se, on, n'est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *