KJELD : Skym

kjeld_skym

Il y a quelques temps, Tarnkappe m’avait tapé dans l’oeil avec son black metal orthodoxe et cru. Alors forcément, quand aujourd’hui monsieur Hammerheart m’envoie le premier album de Kjeld avec peu ou prou les mêmes ingrédients et en plus des membres du combo susnommé, bon, ok, je me sens un peu pris pour une vache à lait, mais j’ai quand même hâte d’écouter ça. Et là, « Tûzen sinnen » m’emporte sans problème ; son intro futée, son intensité black et surtout la splendide froideur rehaussée de claviers de son « refrain », tout fonctionne. La suite est hélas un peu plus inégale. Globalement, « Skym » marche bien, mais reste un poil trop uniforme. Ce sont bien ses aspérités et son côté viking (il y a des sonorités et riffs très Setherial), et surtout ses parties plus « orchestrées », ou au moins plus travaillées (ce qui, en gros, revient à dire accompagnées d’un clavier, ou d’une ligne mélodique différente) qui font de « Skym » un disque intéressant. Le reste est certes bon, mais déjà fait des milliers de fois. Ce sont ces parties plus épiques, qui font naître plus d’émotion, qui font de ce premier essai un disque encourageant et pas un de plus. On ne peut donc qu’espérer que le quintette accentue ces aspects de sa musique et gomme un peu ses automatismes viking black, ses ficelles trop voyantes. Car bien que le côté « pure black » soit maîtrisé et assumé, il serait dommage de s’y cantonner alors que Kjeld nous montre ici à plusieurs reprises, notamment par son outro, qu’il sait faire sinon mieux au moins plus personnel…

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Il y a des soirs où tout ce qui peut faire mon bonheur c'est ça : un groupe inconnu avec un nom à coucher dehors, qui pratique un black metal cru et haineux, à l'ancienne. Enfin, à la mode de la deuxième vague, mais on s'est compris, quoi. Du son…
  • 10000
    Revoilà nos poètes préférés, après un “Hell Eternal” tonitruant dont les lacérations tatouent encore nos tympans. Et dès le premier titre, c’est une évidence : Setherial n’a pas encore craqué pour la musique lounge. Une baisse perceptible du tempo, certes, mais une véhémence toujours omniprésente qui ne nous laisse souffler…
  • 10000
    Trois ans après un « Sworn To The dark » qui marquait un virage vers plus d'efficacité et de brutalité, Watain nous revient avec un album tout aussi heavy mais plus varié et moins évident. On peut également y percevoir un côté progressif plus prononcé ; Watain, tout puriste du black soit-il…
  • 10000
    Dark Funeral endormi, Setherial en perte de vitesse, rien ou presque ne paraît en mesure de stopper Watain et son "Sworn To The Dark", implacable machine de guerre. Troisième opus maléfique pour ce trio suédois totalement dévoué au malin et à ses sbires. Pas d'effets de manche, pas d'attitude plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *