KIRK WINDSTEIN : Dream in motion

Passé 50 piges, l’idée de sortir un disque solo caresse Kirk Windstein. Pourquoi si tard ? Ceux qui se sont déjà frotté à Crowbar ou Kingdom Of Sorrow savent que le bonhomme se bat contre ses démons depuis pas mal d’années déjà. Ce « Dream in motion » répond donc probablement à un besoin de se libérer autrement, et sous une autre forme. Ce qui ne sautera pas aux oreilles si, très logiquement, vous entamez l’écoute de ce premier album par son premier titre éponyme, qui se rapproche beaucoup de ce que Kirk peut proposer avec Crowbar. « Hollow dying man » s’écarte déjà un peu plus du chemin en prenant une tournure plus gothic doom. « Once again » va encore un peu plus loin en éclaircissant encore un peu la voix et jouant d’une musicalité qui s’éloigne du métal. « Enemy in disguise » persiste dans cette voie, ballade sombre et doomy, mais plus en demi-teinte. L’ensemble de « Dream in motion » suit ses traces : il s’agit d’un disque tout aussi noir mais beaucoup plus apaisé. Parler de sludge ici est inapproprié bien sûr : si l’ambiance unique que le chant et les riffs de Windstein tendent à installer sont immédiatement reconnaissables, c’est un tout autre genre qui est à l’oeuvre ici. Et donc, ce disque va en désarçonner pas mal. D’ailleurs, on trouve aussi une reprise inattendue ici. Ok, si vous avez regardé la playlist et imaginé que le « Toxic » placé en sixième position était une relecture de la chanson de Britney Spears, je suis au regret de vous dire que vous vous êtes plantés. Il s’agit du dernier acte, « Aqualung », reprise de Jethro Tull. Mais ça reste une surprise. Maintenant, soyons clairs : « Dream in motion » est à considérer comme un premier album. Et donc imparfait, inégal. Il n’est pas ce qu’on attendait de lui, ne répond d’ailleurs pas à une attente mais un besoin. A vous de voir si vous partagez ce besoin.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Crowbar est un peu comme Pro-Pain un incontournable, indéboulonnable de la scène metal américaine, de ceux qu'on ne peut ignorer et qui continue et, on l'espère, continueront toujours leur chemin en pondant régulièrement des disques plus ou moins réussis, mais qui constituent toujours des rendez-vous obligatoires pour leurs fans. « Symmetry…
  • 10000
    Peu convaincu par le projet Kingdom Of Sorrow, je suis par contre ravi de voir Crowbar remettre le couvert pour un dixième album, avec un Kirk Windstein reconcentré pour de bon sur son groupe en vue des 25 ans de celui-ci. Mais voilà, la bonne volonté ne fait pas tout,…
  • 10000
    Graisse, groove, gros riffs ; la triple force G de Left Behind nous met un grand coup derrière la nuque, et semble prête à en découdre avec quiconque croisera son chemin. Ce soir, c'est moi. « No one goes to heaven » annonce déjà la couleur ; pas de pitié, pas de reddition, pas…
  • 10000
    Squalus est un jeune groupe californien, qui s’appuie cependant sur les acquis de certains de ses membres, ayant oeuvré dans le combo post metal et prog Giant Squid. Je n’ai jamais eu l’occasion de me plonger dans la musique de ce groupe, mais après avoir goûté à la cuisine de…
  • 10000
    Rex Brown n’a jamais été le (l’ex) membre de Pantera le plus exposé. A vrai dire, il était peut-être le plus sous-estimé, derrière le disert Phil Anselmo, l’exubérant Diamond Darrell et le sympathique Vinnie Paul. Discret et efficace, c’est celui dont on attendait le moins de sorties solo. Et pourtant,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *