KINGDOM OF SORROW : Behind The Blackest Tears

kingdom of soorow behind

Je n’ai pas eu l’occasion d’écouter le premier album de ce projet aux allures de carton annoncé. Pourtant, le CV des participants est assez alléchant ; Jamey Masta d’Hatebreed, et surtout Kirk Windstein (Down, Crowbar). J’avoue que ce nom seul aurait suffi à aiguiser ma curiosité, tant je me retrouve dans les blessures et le désespoir hurlé à la face du monde de cet homme, même si je n’adhère pas toujours à la musique de Crowbar. Je débute donc l’écoute de cet album habillé à l’ancienne (imagerie guerrière à fond les ballons) avec l’espoir d’y trouver une perle mêlant violence et mélancolie. Le hic, c’est que le bonhomme n’est pas seul maître à bord. Alors oui, on y retrouve ces riffs de bûcheron bien gras et groovy, et on reconnaît sans mal le timbre du bedonnant guitariste-chanteur. Mais « Behind The Blackest Tears » est plus orienté sur l’efficacité, l’immédiateté. Ce projet s’est d’abord intitulé Crowbreed, ce qui donne une idée de son contenu ! Le mélange entre la puissance et la rage du chant de Jamey et le caractère unique des riffs de Kirk est réalisé de façon raisonnée, comme si le groupe avait toujours existé tel quel. On ne trouvera rien à reprocher à ce disque… à part son manque d’originalité et de personnalité. Oui, ça fonctionne sur quelques titres, mais on finit immanquablement par s’ennuyer. Les mêmes recettes sont appliquées sur tout le disque, alors on frôle forcément l’indigestion assez vite… Dommage, le potentiel était énorme…

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 100
    Il y a des jours comme ça. Où on se lève, sort de chez soi, et sur le chemin, on se retrouve nez à papier avec un billet de 50 € (qu’on décide derechef de réinvestir dans la matière première – non, pas la bière, ivrognes ! La musique, bien…
    Tags: de, on, à
  • 89
    Je dois avouer que j'attendais beaucoup de cet album, tant “Maudits soient les yeux fermés”, le morceau présent sur la bande originale du blockbuster “Taxi” premier du nom m'avait impressionné et conquis. Chiens de Paille s'est imposé à moi par sa distance au monde, sa froide lucidité. La vérité, la…
    Tags: de, à
  • 88
    Totalement perdu de vue après un premier album éponyme inégal mais plutôt très sympathique, entre rock et chanson, Elista s'invite à nouveau sur ma platine à l'occasion de ce nouvel (et troisième) opus, « L'amour, la guerre et l'imbécile ». « La part de toi » trace le chemin d'une pop à la française,…
    Tags: de, à, on
  • 88
    Que les ex-fans de Noir désir, attachés au côté sauvage et à contre-courant du groupe se rassurent ; si ce dernier a implosé, il subsiste de cet esprit au moins dans le cortex de l'un de ses anciens membres. Preuve en est ce deuxième album de zone libre, vrai bon…
    Tags: de, à, on
  • 88
    Les héros d'antan sont fatigués... Ça, à force de festoyer sur de la musique électronique, on attrape des scolioses ! Et on se décide à revenir à de plus sages et moins aventureuses dispositions... Comprenez que "Heathen" n'est pas un album-surprise à la "Outside" ou "Earthling", mais qu'il suit de…
    Tags: de, à, on

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *