KING ISO : World war me

Je ne connaissais pas King Iso, alias Iso, alias Reali-T. Ce qui m’a amené à lui aujourd’hui ? Un rapprochement franc avec Tech n9ne, qui l’a même signé sur son label. D’ailleurs, le premier titre de ce nouvel album qui voit le rappeur originaire d’Omaha se battre contre lui-même (comme beaucoup, le monsieur a connu la violence, les gangs, la tôle et la condition de sans-abri) est un duo avec la légende sus-citée. Et pas un titre anecdotique. King Iso y rappe plus vite que son ombre, rappelant un certain Busta Rhymes. J’aurais encore pu oublier et passer autre chose si le reste de l’album ne suivait pas un chemin similaire ; celui d’un hip-hop crépusculaire et nerveux, posé sur des beats sombres assez typés grime et indie rap. King Iso est assez ouvert au rock voir au metal, et même si ça ne s’entend pas ici (ou un tout petit peu, sur « Awol » et « Trippy love »), ça signifie qu’il est capable de s’adapter à pas mal d’ambiances et de gens différents, de confronter ses idées à d’autres univers. Est-ce palpable dans ses textes ? Je vous en laisse seul juge, je ne me suis pas trop penché dessus, hypnotisé que j’étais par la maîtrise de son flow et les choix certes classiques mais judicieux de ses instrus. On peut aussi prendre note de la relative confiance en lui du bonhomme, qui, malgré la générosité de ce disque (22 titres!) n’affiche que deux featurings. A moins que ça ne trahisse le ridicule carnet de bal de King Iso ? A vrai dire, on s’en fout ; de toutes façons, deux featurings, c’est bien assez, « World war me » n’a pas besoin de ça pour convaincre celui qui lui prêtera un peu d’attention.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Deuxième épisode pour l’alliance Blacastan & Stu Bangas autour des pseudo-aventures de Watson & Holmes. Le premier m’avait amusé mais pas transporté. Toutefois, j’en ai un souvenir suffisamment bon pour donner une deuxième chance au collectif que je pense capable de petites surprises. Après une intro classique et assez dispensable,…
  • 10000
    Mr Lif n'est pas ce qu'on peut appeler un « gros client » du rap game us, mais il a tout de même acquis ses lettres de noblesse à travers l'écurie Def Jux avant, comme beaucoup, de se montrer beaucoup moins présent, jusqu'à ce qu'on le croie perdu pour la cause. Et…
  • 10000
    Blacastan, c'est un mc que j'ai déjà apprécié via un « Me against the radio » en 2007, et un « Master of reality » un peu plus tard. Un flow classique, un timbre posé et efficace, un style entre old school et indie rap qui me parle bien. Stu Bangas, c'est un gus dont…
  • 10000
    D’abord, les présentations. Diabolic est un rappeur new-yorkais dans la mouvance du hip-hop indie et sombre à la Jedi Mind Tricks, Slaine, Necro & consorts. Le bonhomme s’est fait connaître grâce à un featuring sur un album d’Immortal Technique : dans le genre carte d’embarquement de luxe pour la hype,…
  • 10000
    Et paf, encore un album surprise pour Eminem. Un joli coup de pub, doublé d’un hommage bien assumé au maître du suspense Alfred Hitchcock ; Slim Shady se permet même de le singer sur la pochette et dans le livret, en plus du titre de l’album en forme de clin d’oeil…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *