KING CREATURE : Set the world on fire

On a tôt fait d’enterrer le grunge avec la plupart de ses défenseurs de la belle époque. Il faut dire que pas mal s’étaient eux-mêmes détournés du « droit chemin » avant de disparaître ou plus simplement d’être oubliés. Pourtant, depuis quelques années, on voit fleurir les formations qui fomentent un putsch musical et préparent la deuxième phase de la conquête du monde. King Creature est de celles-ci. Il a l’intelligence de ne pas copier un style en particulier, mais de combiner riffs et harmonies vocales de l’un avec les tournures bluesy de l’autre et les influences hard rock / heavy metal du dernier. En apparence, on trouvera donc ici un « nouveau » son, et ce même si à l’écoute de ce deuxième album, on se sent vite à l’aise, en territoire familier. Puissance et feeling sont conjugués au sein de titres oscillant entre trois et cinq minutes (au-delà uniquement pour « Wisdom told », la semi-ballade sur le thème de la paternité). On va donc souvent droit au but pied au plancher, ce qui n’exclut pas les enjolivements ici et là. On apprécie particulièrement le travail des guitares ; bûcheronnes, posées, acoustiques, oeuvrant en solo ou en mur, elles prennent pas mal d’espace sur « Set the world on fire » mais le méritent bien. Le chant de Dave Kellaway peut, lui, se la jouer grungy à la Alice In Chains (ou stoner à la Baroness), ou se charger de testostérone pour les passages plus musclés, avec le même naturel. Et cerise sur le gâteau, la batterie n’est pas en reste avec de chouettes fill et break, et une maîtrise de tous les instants. Bref, ces cornouaillais se montrent assez redoutables ici, et on serait bien inspirés de les garder à l’oeil !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ah, merde, j'ai raté un Seeds Of Mary ! Découvert en 2017 avec la réédition de « Choose your lie », le groupe bordelais m'avait tapé dans l'oeil avec son rock grungy teinté de metal. Depuis, j’avoue ne pas avoir suivi leur évolution. Alors l’entame de « The atheist », avec son gros riff neo…
    Tags: plus, a, metal, se, grunge, on, rock, king, mal, the
  • 10000
    Quand on lance l'écoute de ce « Dream or don't dream » en ne sachant rien de Kestrels pour la première fois, impossible de ne pas remarquer la forte concentration d'influences rock alternatif – grunge des nineties. On pense forcément à Dinosaur Jr , Superchunk, Superdrag, Teenage Fanclub, etc. Autant vous dire…
    Tags: on, se, plus, rock, grunge
  • 10000
    5 ans d’attente entre deux albums pour un groupe bien énervé, c’est long. Et on pourrait raisonnablement se demander si les liégeois de The K. ont craqué le slip. Un indice nous est donné sur la pochette. Ah, mais ils ont des excuses ; c’est que leurs membres aiment bouffer à…
    Tags: on, bien, the, rock, a, se, grunge
  • 10000
    Il y avait Wool, Tool, il y a Dool (qui veut dire « errance » dans sa langue natale). Bon, ok, le groupe n'est totalement un nouveau venu, puisqu'il signe ici son deuxième album, mais ça reste quand même des nouveaux venus, après une formation en 2015, un premier album en 2017…
    Tags: on, rock, plus, mal, se, bien, a, deuxième, the, droit
  • 10000
    Ponctuels, les irlandais. Deux ans après leur remarqué premier album très à l’aise dans la mouvance grunge alternatif nineties qui va bien, les revoilà sous la même configuration (power trio, et surtout, composition inchangée) pour un disque qui va avoir la dure tâche de confirmer le potentiel sans trop se…
    Tags: a, se, grunge, plus, rock, deuxième, bien, on
One comment to “KING CREATURE : Set the world on fire”
One comment to “KING CREATURE : Set the world on fire”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.