KATATONIA : The Great Cold Distance

katatonia great cold

Katatonia, à ne pas confondre avec les poppeux anglais homonymes, à une lettre près, sont les rois du metal gothique depuis quelques années. Alors, bien sûr, certains rechigneront à le reconnaître, me parleront de Paradise Lost, de Lacuna Coil ou je ne sais qui d’autre, mais parlons sérieusement une seconde : Katatonia s’est frayé un chemin depuis un doom death pas folichon vers ce trône sombre à coup de joyaux d’une mélancolie intemporelle. Oui, rien que ça. Alors quand le roi sort un nouvel album, ses sujets jouent des coudes pour en avoir un exemplaire au plus vite. Dont acte. Cependant, lors de la cérémonie de l’arrachage de cellophane, un doute étreint toujours le bas-peuple, toujours enclin à douter de ses souverains. La voix de Jonas sera-t-elle aussi expressive et sensible ? Les compositions d’Anders seront-elles autant chargées de magie et de tristesse ? Ah, quel suspense insoutenable ! Suite à quoi le gueux, qui n’aime pas trop tergiverser, place la royale galette dans le lecteur souffreteux pour en avoir le cœur net. Et là, c’est le dra-dra, c’est le meu-meu, c’est le drame. Car le nouveau Katatonia est, affirmons-le tout net, MOINS BIEN ! Oui, bon j’ai pas dit mauvais, mais quand un groupe a pris pour habitude de sortir des disques d’une qualité impressionnante depuis des années, redescendre de son nuage et réaliser qu’ils ne s’agit que de vrais gens, de gens faillibles, ça fait mal. « The Great Cold Distance » commence là où « Viva Emptiness » avait terminé sa course, mais n’est hélas pas décidé à poursuivre son voyage pour l’instant. A l’écoute de ce 7e album, on a l’impression que certains membres auraient besoin d’une récréation. Un poil plus brutales que par le passé, sans que cela serve le groupe, les compos d’Anders dénoteraient-elles une envie de retrouver les démons d’antan (rappelons que monsieur était également connu sous le nom de Blackheim au sein de Diabolical Masquerade…) ? En tout cas, on constate que le matériel ici présent est majoritairement décevant. Et croyez-moi, écrire ce mot me coûte énormément. Mais l’équilibre est rompu, et le nouveau chemin emprunté semble, au jour d’aujourd’hui, une impasse. Il ne reste plus au peuple qu’à prendre son mal en patience en attendant des jours meilleurs…

Paroles de l’album

Site officiel

Katatonia : July

Katatonia : My twin

Related Posts

  • 10000
    Les suédois de Katatonia ne peuvent pas être taxés d'immobilisme. Depuis leurs débuts, leur style évolue, gagne en ambiance, en intensité ou en puissance, s'habille de riffs plus velus, de passages électroniques... Ce nouvel album ne déroge pas à la règle. Tout commence par un riff écrasant sur « Forsaker » qui…
  • 10000
    Katatonia, à ne pas confondre avec les poppeux anglais homonymes, à une lettre près, sont les rois du metal gothique depuis quelques années. Alors, bien sûr, certains rechigneront à le reconnaître, me parleront de Paradise Lost, de Lacuna Coil ou je ne sais qui d’autre, mais parlons sérieusement une seconde :…
  • 10000
    "Hope" ? "Hope" ? Non, mais c'est bien de Swallow The Sun qu'on parle là ? Parce que si c'est le cas, j'avoue que ça me fait un peu peur. Bon, à l'écoute du premier titre, je me demande si ce n'est pas un trait d'esprit. Et à l'arrivée du…
  • 10000
    Le metal extrême scandinave n'est pas vraiment un genre en voie de disparition, de nouveaux groupes apparaissent tous les jours, et on a de plus en plus de mal à dénicher le groupe valable parmi les dizaines de formations de seconde zone. Les Finlandais de Ghost Brigade, eux, se sont…
  • 74
    Les années 90 ont vu un nombre de formations américaines se lancer dans le metal gothique, dans le sillon d'un Type O Negative ou d'un Paradise Lost. En fait, c'est une horde de suiveurs qui sortiront de terre avec plus ou moins de succès et de personnalité. Les petits rigolos…
    Tags: de, à, metal, gothique, gothic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *