KATAKLYSM : Goliath

Toujours soucieux de justifier son patronyme, Kataklysm continue d’oeuvrer dans un death metal qui emprunte souvent des éléments old school pour mieux les dévoyer et les adapter à une vision personnelle. Ce quinzième album au nom prometteur en est-il digne ? Et bien, en trente ans de carrière, les gars ont appris à manier à la fois des riffs à l’efficacité redoutable, des structures élastiques et des passages mélodiques. Oui, « Goliath » est un rouleau-compresseur, mais un rouleau-compresseur plus finaud qu’il n’y paraît, et ça, il ne faut pas longtemps pour s’en rendre compte. L’album s’inspire bien sûr du récit biblique, en adaptant les tenants et aboutissants à notre société moderne, ses luttes de pouvoir, et la façon dont les « petits » se font malmener et contrôler par les plus puissants. Avec l’idée sous-jacente que la révolte est une graine qui germe lentement mais sûrement. Il reste donc de l’espoir au sein même du style brutal et sombre des canadiens. Les gars n’ont aucun mal à rendre leur death mélodique aussi prenant que chez les scandinaves, et à l’écoute de perles comme « From the land of the living to the land of the dead » ou « The sarifice for truth », on a du mal à comprendre leur perpétuelle catégorisation chez les seconds couteaux. Certes, « Goliath » n’a rien d’original, mais il aligne dix titres de grande qualité à l’interprétation sans faille. J’aurais bien sûr aimé entendre un peu mieux la basse et que la batterie se montre un peu plus démonstrative, mais ça aurait probablement nui à l’équilibre de l’ensemble. Dans l’état, c’est déjà très bien !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 83
    Depuis sa création par des membres de grands groupes de death metal souhaitant proposer autre chose, huhu, excusez-moi, la même chose calibrée différemment, le New-Yorkais Pyrexia n’a jamais brillé par son avant-gardisme. Comment ? Pas le sujet, me dites-vous ? Oui, vous avez raison. Le groupe n’a pas vraiment d’autre intention que…
    Tags: on, a, d, bien, plus, l, the, n, of, reste
  • 83
    Ce quatorzième album des vikings suédois du death metal n’enterre pas le marteau de guerre, mais continue à opérer de légers changements dans la routine du groupe, sans en modifier la base ; death metal old school à tous les étages. Sauf que, quand « The king lost his crown » débarque, on…
    Tags: d, plus, the, l, on, album, n, for, of, metal
  • 83
    Je ne me suis jamais trop penché sur le cas de Krisiun. Oh, j’ai bien eu l’occasion d’écouter un titre par ci, un album par là, mais je dois bien avouer que rien ne m’a suffisamment accroché pour que j’accorde aux brésiliens plus que quelques minutes d’attention. Pourquoi aujourd’hui donc…
    Tags: d, l, ne, a, bien, plus, on, j, metal, death
  • 81
    « Tyrants of doom » ? Plutôt « Tyrants of death », le duo allemand Slaughterday ! Un death bien gras et bien old school au programme, qui survient après une intro assez marquée science-fiction vraiment très réussie et angoissante. A vrai dire, on pourrait même être déçu de la façon dont le groupe sous-exploite ce…
    Tags: bien, of, titres, death, a, on, ne, se, oui, facebook
  • 81
    Une intro neo classique assez classieuse vient introduire de fort élégante façon ce deuxième opus de Vermocracy, groupe viennois formé en 2017. Le combo officie dans un death mélodique aux vocaux bien dark. Les riffs sont assez classiques, le style est très porté sur la guitare, mais Vermocracy n'abuse ni…
    Tags: ne, riffs, on, plus, style, qu'il, of, instagram, album, facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *