KARIN MY : Silence amygdala

Karin My n’est pas une nouvelle venue sur la scène musicale. Bon, ok, ça je ne le savais pas en lançant l’écoute de cet album, le premier en son nom propre, mais ça m’explique pourquoi sa voix me disait quelque chose : la dame a travaillé longtemps avec Coph Nia, Twice a Man, Carbon Based Lifeforms et quelques autres. Si ça ne vous dit rien, je vous éclaire : on patauge dans un marais dark ambiant, cold wave, electro dark. Parfois, quand on traîne trop dans un univers, on a envie de s’en extraire, d’explorer d’autres horizons. Ce n’est pas le cas ici. En fait, ses influences originelles, plutôt folk, ont peu à peu été gagnées par la mélancolie profonde et les sonorités électroniques avec auxquelles elle prêtait son organe au sein de la scène musicale suédoise. Le résultat est ici, exposé en 11 titres, et s’avère vraiment enthousiasmant. Attendez, ce n’est peut-être pas le bon terme, mais vous avez saisi l’idée. En fait, l’ambiance est assez glaçante, mais une certaine beauté se dégage de ces chansons. On pourrait comparer ce « Silence amygdala » à une rencontre entre Enya, Sopor Aeternus et Anna Von Hausswolff. Une reprise acoustique de VNV Nation (« Homeward ») vient varier les plaisirs. Enfin, façon de parler ; l’atmosphère générale est assez homogène ici. La voix douce et posée de Karin contraste avec la musique, écrin neigeux, aussi immaculé que soyeux et hypnotique. Au sein de la musique, on retrouve ce qu’on imagine des paysages de la contrée natale de Karin My. Pourtant, si voyage il y a, c’est plutôt à une plongée dans sa propre psyché qu’il faut se préparer ; « Silence amygdala » nous met en condition pour l’introspection. Peu importe ce qu’on en fait alors : cette sensation cotonneuse est plutôt agréable.

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Anna von Hausswolff est suédoise et compositrice. Si vous avez la curiosité de taper son nom sur wikipedia, on vous indiquera sans sourciller qu'elle se situe à la croisée du rock indépendant, de l'électronique et de la pop. Mouais. Enfin, je fais le malin, mais à l'écoute de ce nouvel…
    Tags: on, musique, rock, façon, y, anna, hausswolff, von, entre, assez
  • 10000
    Pour qui a laisser traîner ses oreilles sur les albums, et surtout ses yeux sur les crédits des albums de JJ72, le nom de Hilary Woods ne sonnera pas creux ; la dame a en effet été bassiste pour le groupe. Et je me suis franchement tâté à placer cette information…
    Tags: a, ne, titres, c'est, se, cette
  • 10000
    Surprise ! Anna Varney nous revient avec un disque qui sort très vite après le précédent, ce qui n’est pas dans les habitudes de… lui/elle. Et on va continuer à être surpris ; « Death and flamingos » rompt avec les habitudes de titres sombres et éthérés de Sopor Aeternus en employant un vocabulaire…
    Tags: on, sopor, aeternus, rock, se, anna, l, titres, parfois, ne
  • 10000
    Cleopatra records. D'aussi loin que je me souvienne, c'est un nom qui a toujours été en lien avec le rock gothique, sous une forme ou une autre. Mais très franchement, je croyais le label disparu, comme beaucoup d'autres du genre. C'est donc déjà une bonne surprise d'avoir la preuve que…
    Tags: a, c'est, assez, dark, on, titres, wave, y, rock, se
  • 10000
    « Deeper », en 2015, était mon billet d’entrée vers The Soft Moon. Je faisais connaissance avec une expression plus proche du loup-garou que de la balade romantique au clair de lune, exutoire de Luis Vasquez qui y déversait pas mal de ressentiment, envers une société où il ne semble pas se…
    Tags: l, ne, a, se, titres, cold, wave

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.