KAREN ELSON : Double roses

En 2010, lorsque « The ghost who walks », superbe premier album de la jeune femme voit le jour, beaucoup y voient seulement l’exploitation d’une voix certes splendide par le grand Manitou Jack White, alors compagnon à la ville autant qu’en studio de Karen Elson. Un divorce en 2011, et hop, plus de nouvelles ; on avait fini par se faire une raison, finies la folk pop fantomatique sixties pour l’ex mannequin. Mais « on » est un con. Sept ans plus tard, Karen revient avec un deuxième disque, désormais seule aux manettes. Et le public de se rendre compte que l’autre Monsieur White n’avait finalement pas tant de poids sur la musicalité du premier essai. Car « Double roses » est largement aussi réussi. Peut-être plus pop, mais toujours traversé d’influences rétro, il s’installe sans mal dans le fauteuil du précédent, en affirmant une personnalité plus douce et poétique, attachante et mystérieuse. Plus intimiste, moins grandiose que le premier, ce deuxième opus ne démérite pas, avec des titres qui le rappellent comme « Wonder blind », « Raven », « Wolf », et les autres beaucoup plus feutrés et délicats. Et si au final, je continue de préférer le plus ténébreux des deux, celui-ci reste une surprise plus qu’agréable !

Site officiel

Paroles de l’album

Karen Elson : Call your name

Related Posts

  • 10000
    Jack White n'aime pas dormir. Que voulez-vous, certains sont allergiques aux poils de chat, d'autres à la papaye, lui c'est le sommeil qui lui donne des boutons. Du coup, il fait de la musique. En plus d'avoir composé un nouveau Dead Weather, il offre ici un écrin musical de choix…
  • 10000
    Je ne suis pas trop adepte de la logique « label ». Mais c'est vrai que certains déçoivent moins que d'autres. Et Bella Union en fait incontestablement partie. Aujourd'hui, on découvre donc le troisième album de Billie Lindahl, jeune femme à la voix douce, fragile et envoûtante, qui promène son timbre particulier…
  • 10000
    On savait Jack White fortement influencé par la musique de ses parents. Influences qu'on avait déjà largement vu transparaître autant sur son album solo précédent que chez les Raconteurs, les Dead Weather ou même au travers de l'album en compagnie de sa dulcinée Karen Elson. Et bien ce "Lazaretto" semble…
  • 10000
    Des carrières bâties sur des malentendus, sur des tubes d'un jour, il y en a à foison dans le monde du rock. De l'extérieur, pour qui ne connaît pas l'œuvre du bonhomme, c'est de ça qu'a l'air Jack White ; un gars qui, sur la foi d'un tube repris dans…
  • 10000
    En voilà une intro qui déroute l'auditeur et l'induit en erreur ! Car une fois cette entrée en matière très morriconnienne passée, et pour celle ou celui qui sait que derrière ce patronyme de champion de tennis suédois se cache en fait la guitariste de Jack White, la surprise n'est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *