KALIPO : Wanderer

al238kalipo_wanderer_cover_2400x2400_72dpi

L’Allemagne, et Berlin en particulier, ont toujours eu une aura particulière rayon musique électronique. Pas étonnant donc que des musiciens venus d’un peu partout viennent s’en inspirer et s’y installer. Aujourd’hui, nous étudierons le cas de Kalipo, dj bavarois venu traficoter les platines en solo après avoir longtemps été un collaborateur de choix de nombreux artistes et formations teutonnes ou pas. « Wanderer » est le deuxième album du dj, et se positionne entre electronica et rythmiques plus dansantes et épurées. Un mélange malin et efficace, donnant naissance à une expression à la fois robotique, hypnotique et froide. Froide ? Pas tant que ça en fait. Car un groove à la chaleur diffuse se fraie un chemin et finit par envahir le spectre, et convaincre du fait qu’on a trouvé ici un concentré de bons moments electro, sans prétention mais qui remplit parfaitement son rôle.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Monokle, c'est un jeune homme russe dont la musique se situe quelque part entre une electro ambiant froide et quelque chose de beaucoup plus dansant et anodin. Enfin, bien entendu, anodin est un vilain mot, et n'est pas forcément adapté. Car «Rings », deuxième opus du monsieur, n'est pas un album-kleenex.…
  • 10000
    Oui, il existe vraiment ce disque. Non, je ne cherche pas à chroniquer que des trucs indés et confidentiels. Voici pour ceux qui, en découvrant cette chronique, se sont dit ; « vin dé non, mais ch'est qui incor ch'tilal ? » ou « diantre, mais où a-t-il encore déniché un tel artiste ? » en langage…
  • 10000
    Ah, la scène electro italienne ! Elle est tellement, euh, ben, elle est... En fait je sais pas ; parce qu'à part les excellents Bloody Beetroots et Eiffel 65 (c'te gloire nationale...), je n'y connais rien. Alors l'occasion de découvrir (peut-être) avec Aucan une formation vraiment intéressante, je ne peux pas lui…
  • 10000
    Troisième album pour cet autrichien, et premier sur Ninja Tune ; maintenant vous savez pourquoi je me retrouve à écouter « Joined ends ». Oh, je sais, le label n'a plus depuis quelques temps la même aura de dénicheur de talents, de défricheur de la musique électronique. Mais il a quand même bien…
  • 10000
    En matière de créativité débridée, j'aime à dire que le metal est roi. Mais je dois reconnaître que la musique électronique n'est pas en reste. S'il était encore besoin de le prouver, le français Koudlam débarque aujourd'hui avec un "Benidorm dream" mi-goguenard, mi-flippant, mi-comateux (3 demis, ouais, j'vous avais prévenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *