JUSTICE : Woman

justice-woman-2016

Rarement un disque m’aura autant déçu que « Audio, video, disco ». Alors cette ode à la femme a intérêt à assurer. Même pas envie de faire d’effort de présentation, le duo n’aura que la musique pour se sauver du marasme. « Safe and sound » joue à fond la carte du tube dancefloor groovy (superbe basse), et augmente pour le coup le capital sympathie de « Woman ». « Pleasure » en est la suite logiue, peut-être encore meilleure. Ok, on est bien partis. « Alakazam » vient casser le rythme et fait un peu tâche : trop prog, trop longue. « Fire » reprend l’épisode là où on l’avait lâché. Justice nous propose ensuite de faire une halte pour un quart d’heure américain un brin ringard (« Stop »), et enclenche la seconde en lorgnant sur les camarades de la synth wave (l’instrumental manquant de relief « Chorus »). Mais par la suite ça se gâte…« Randy » empeste les eighties, et pas les meilleures. « Heavy metal » n’en a que le nom, « Love S.O.S. » est d’une kitchitude absolue. Enfin, « Close call » nous fait sortir de l’album par la petite porte. Si on fait les comptes, on aboutit donc à une moyenne plus haute que sur le précédent, mais rien d’exceptionnel non plus ; un chouette ep, pas plus. Est-ce que ça vaut le coup de s’extasier pour si peu ? Certainement pas.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Quand on fait un carton pour son premier disque comme celui qu'a fait "Cross", il est difficile de garder la tête froide et de se remettre en question pour remettre le couvert en ne pêchant ni par excès de confiance et de prétention ni par volonté de s'en démarquer à…
  • 10000
    Depuis l'âge d'or de la french touch, l'electro française est en perte de vitesse. Que nous reste-t-il ici ? Un David Guetta qui se contente de pérenniser des recettes certes efficaces mais éculées ? Un Laurent Garnier fatigué ? Des Daft Punk qui se contentent de vivre sur leur acquis…
  • 10000
    Club Cheval, c'est un jeune collectif de mon coin qui a décidé de pratiquer la musique électronique en la mariant avec plein de choses jeunes et modernes. Pas à priori le genre de choses qui me séduisent. Mais curieux de nature, j'ai quand même voulu y jeter une oreille distraite.…
  • 10000
    Certaines personnes ont un sens de l'à-propos assez impressionnant. D'autres, moins. Anton Kaldal Ágústsson est soit bourré d'humour, soit dans la deuxième catégorie. Son bébé, Tonik Ensemble, porte assez mal son nom. Entre electronica, ambient, house, electro-pop, trip hop et pop indé, celui-ci navigue en eaux calmes, loin des geysers…
  • 10000
    Juste avant d'appuyer sur l'incontournable bouton « play », je ne sais plus trop ce que va contenir ce « Abandon ship » à la pochette qui fait un peu peur, mais ce que je sais en revanche, c'est que rien que pour le nom de son/ses géniteurs, soit celui d'un de mes titres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *