THE GODDAMN GALLOWS : The trial

Est-ce que The Goddamn Gallows fait partie d’une scène ? Difficile à dire. Depuis quelques années émaillées de tournées chargées en shows mémorables, le groupe est un chaudron dans lequel bouillonnent americana, bluegrass, punk, rockabilly, metal et folie pure. Bref, The Goddamn Gallows ne ressemble à personne et n’est pas forcément facile à suivre. Mais au moins, on attend chaque nouvel album avec l’impatience en se demandant jusqu’où ils peuvent pousser le vice en restant écoutables. Eh bien, loin. « The trial » est encore une fois un melting pot délicatement maléfique où batterie puissante, accordéon traînant, voix rauque (on est parfois à la limite du black metal), banjo bluegrass, claviers tragiques, riffs heavy s’entrechoquent pour notre plus grand plaisir. Ce sixième album s’avère plus metal que les précédents, ce qui, je vous le concède, casse un peu l’équilibre de l’ensemble. Mais pour autant la magie opère toujours. Il faut dire que le combo s’y entend pour produire des titres pêchus aux mélodies entraînantes et à la virilité jamais remise en question. Alors certes, le nouveau venu aura certainement du mal à voir débarquer un gros riff ou un solo en plein milieu de deux phrases de mandoline, mais a-t-il vraiment persévéré après avoir vu la dégaine des musiciens et la pochette tout droit héritée du metal de ce disque ? Le groupe assume avoir axé les titres vers quelque chose de plus efficace sur scène, et de plus sombre aussi, sous l’influence de leurs dernières tournées avec des formations punk ou metal : c’est la suite logique du cheminement de The Goddamn Gallows pour qui a suivi son parcours. Alors on peut regretter l’évolution moins gipsypunk / cowpunk, mais ça reste un très bon disque !

Site officiel

THE CREEPSHOW : Death at my door

Petit frère (ou sœur) des Horrorpops, The Creepshow développe depuis 2005 un psychobilly entraînant et classique, mais assez sage. Un groupe capable de pondre de très bonnes chansons, de bons albums, contenant exactement ce qu’on en attend, bâtis selon une symétrie parfaite. Mais voilà, s’il s’agit de disques aux qualités certaines, il n’y a pas non plus de quoi s’en relever la nuit. Quelque chose dans leur musique sonne trop propre et convenu, surtout pour le genre. A mon sens, le psycho doit conserver quelque chose de sauvage, de dangereux, et ce n’est pas quelque chose que j’ai croisé souvent chez The Creepshow. Pourtant, je continue à croiser le chemin du combo, et à disséquer ses œuvres. Et une fois de plus, me voilà face à un disque plein de qualités mélodiques, à des chansons immédiates dont la formule mille fois éprouvée : contrebasse saillante, riffs punky, voix gouailleuse et sexy (Kenda a réussi à faire oublier Sarah au chant, chacune ayant une personnalité et des intonations personnelles), formats pop, tout y est. Les canadiens prennent certes soin de varier les plaisirs avec par exemple une « My soul to keep » complètement intimiste et inattendue ou une « New kings » se rapprochant plus d’un Mighty Mighty Bosstones, « Death at my door » reste un (très) bon disque d’un groupe sympathique et constant dans ses efforts, mais à qui il manque toujours un petit quelque chose pour le rendre essentiel.

Site officiel

The Creepshow : Sticks & stones

Related Posts

  • 10000
    De retour après un deuxième album en demi-teinte, les danois d'Horrorpops se devaient de séduire. Et pas seulement à l'aide de sa jolie chanteuse / contrebassiste Patricia. Heureusement, on est vite rassurés ; ce troisième opus possède et exploite toutes les qualités du groupe, et enchaîne les tubes sans jamais…
  • 10000
    J’avais aimé le précédent album du groupe, le bien nommé « Hell Yeah ! », et son psycho pop billy frais et sautillant. Ce deuxième album recentre le propos vers plus d’éléments pop, et même si l’instrumentation est encore psycho et qu’un ou deux titres sortent du lot (« Where…
  • 10000
    Vous aimez Horrorpops, et le psychobilly en général ? Réjouissez-vous, Thee Merry Widows est fait pour vous ! Sorte de Tiger Army dernière période au féminin, les cinq donzelles sauvages ont concocté des titres classiques et accrocheurs, entre rockab', surf rock, punk et psychobilly pur, et on ne peut que…
  • 10000
    Groupe à la durée de vie éphémère (mais quoi de plus logique quand on est fans de « Great balls of fire ?), Vincent Vincent And The Villains aura au moins eu le mérite d'affirmer haut et fort son amour du rockabilly et du rock n' roll à travers ce premier…
  • 10000
    Les Baseballs sont un trio de jeunes chanteurs allemands qui ont pour passion commune le rockabilly et les fifties. Du moins c'est ce que dit la bio de ce premier disque qui fait déjà un carton un peu partout. Que l'on croie ou pas à une rencontre fortuite entre ces…

BATMOBILE : Brand new blisters

S’il est l’un des plus vieux représentants du genre psychobilly en Europe, Batmobile n’est pas non plus le moins actif. Voyez donc ; il signe ici son quatorzième album depuis sa formation en 1983. Le point commun de l’ensemble de ses productions ? Du fun, du second degré, du rock, de l’énergie et un amour du genre jamais mis en doute. Les mauvais bougres diront qu’il en faut pour proposer peu ou prou le même disque depuis 34 ans. Et ils n’auront pas tout à fait tort. Mais les vrais amateurs du genre ne pourront réprouver leur plaisir de retrouver de vieux amis qui vont les régaler une fois de plus de 15 titres classiques et efficaces où l’énergie débordante du punk côtoie les riffs au groove imparable du rockab’. Alors oui, 31 minutes c’est pas faramineux, mais largement suffisant pour le genre : l’essentiel y est dit de la plus directe et pure des manières. Et si vous n’en avez pas assez, rassurez-vous : le combo reviendra probablement avec un nouveau disque sous le bras dans quelques mois !

Site officiel

Batmobile : Apeface

Related Posts

  • 10000
    The Quakes, c'est un peu le groupe maudit du psychobilly / rockabilly, celui qui a tout entre les mains pour réussir et n'y parvient jamais. Et pourtant, ces losers magnifiques, je les aime moi. Né dans le mauvais pays (les USA), alors qu'à l'époque c'est l'angleterre qui mène le jeu,…
  • 10000
    Trio anglais légendaire oeuvrant dans un genre souvent leadé par des américains, le tout avec un patronyme clairement provocateur, les Long Tall Texans reviennent après plus de 8 ans d'absence avec un disque au titre évocateur qui laisse augurer d'un retour triomphal. Enfin, j'avoue que la musique du combo ne…
  • 10000
    Les injustices dans le rock et la musique en général sont légion. Parmi elles, on va s'intéresser aujourd'hui aux Quakes. Le groupe de Paul Roman, formé en 1986, fut l'un des premières formations de psychobilly aux USA, et a influencé bon nombre de formations des deux côtés de l'atlantique. Pourtant,…
  • 10000
    Gutter Demons est un combo de Montreal qui s'apprête à fêter ses 15 ans d'existence sur scène avec ce nouvel album. Le style pratiqué par le groupe peut facilement être deviné en observant d'un seul œil et dans la brume cette pochette très classique : psychobilly, dude ! Effectivement on fait ici…
  • 10000
    Dans la généreuse livraison de disques de noël pédigrée 2016, je vous ai sélectionné ce groupe au nom bien too much. Comme vous certainement, je m'attendais à trouver un bon gros groupe de death massacrant du classique à tout va. Et bien, pas du tout. Bloodsucking Zombies From Outer Space…

BLOODSUCKING ZOMBIES FROM OUTER SPACE : Bloody unholy christmas

bloodiezombies_christmas

Dans la généreuse livraison de disques de noël pédigrée 2016, je vous ai sélectionné ce groupe au nom bien too much. Comme vous certainement, je m’attendais à trouver un bon gros groupe de death massacrant du classique à tout va. Et bien, pas du tout. Bloodsucking Zombies From Outer Space est un groupe de psychobilly assez expérimenté, qui certes relifte des classiques, mais 1/ pas vraiment des classiques de noël et 2/ il le fait gentiment. Alors quoi ? Je me suis fait rouler dans la poudreuse ? Ben ouais, un peu. Au menu, des reprises de tubes très grand public façon psycho horrifique gentillet. C’est rigolo, mais ça reste assez gadget. Un disque d’ambiance pour faire la fête la tronche chargée d’un maquillage outrancier ? Oui, à la limite. « Thriller », « Let me entertain you », « Der Komissar », « Material girl » et quelques autres s’enchaînent, le psychobilly pêchu mais pas heavy du combo leur amenant une certaine fraîcheur. Bon, ceci dit, ce sont des titres dont on a déjà entendu des tonnes de reprises, et celles-ci ne changent pas la course du soleil. On a donc ici un sympathique (mais sans plus) pseudo-disque de noël.

Site officiel

Bloodsucking Zombies From Outer Space : Gimme gimme gimme

Related Posts

  • 10000
    Bon, ça fait un sacré bout de temps que le gipsy jazz léger et teinté de swing des canadiens n'a pas croisé ma route, échaudé que j'étais par un « Rendez-vous rose » pas folichon. Sauf que là, ils m'accueillent avec un disque de reprises de noël. Soit deux très bonnes raisons…
  • 10000
    Chaque année, nos amis musiciens rivalisent d'imagination ; c'est la période des fameux albums de noël. Cette affirmation quelque peu ironique, j'essaie chaque année de la nuancer en vous présentant un disque de noël qui se situe en marge. Peut-être que cette année, c'est celui de David Bazan, ancien leader de…
  • 10000
    Oh, je vous entend d'ici... « Bouahaha ! Pfffff ! Peupeupeupeu ! Gniark gniark ! » Oui, c'est un album de noël. Mais attention, pas envoyé par n'importe qui ! Eh oui, c'est papy Ritchie et sa jolie blonde rencontrée au Superbowl (c'est-y pas romantique ça ?) qui œuvrent ici…
  • 10000
    S'il y a bien un retour que je n'attendais pas, c'est bien celui de Nick 13, tout du moins sous la bannière du légendaire Tiger Army. Car le bonhomme a petit à petit glissé dans un rock plus classique, plus country et soft, assez loin du psychobilly plein d'énergie que…
  • 10000
    Gutter Demons est un combo de Montreal qui s'apprête à fêter ses 15 ans d'existence sur scène avec ce nouvel album. Le style pratiqué par le groupe peut facilement être deviné en observant d'un seul œil et dans la brume cette pochette très classique : psychobilly, dude ! Effectivement on fait ici…

TIGER ARMY : V

tigerarmy_v

S’il y a bien un retour que je n’attendais pas, c’est bien celui de Nick 13, tout du moins sous la bannière du légendaire Tiger Army. Car le bonhomme a petit à petit glissé dans un rock plus classique, plus country et soft, assez loin du psychobilly plein d’énergie que les deux premiers albums du combo avaient installé. Alors que doit-on comprendre ? Que le petit brun a la voix d’or est revenu à ses premières amours ? L’intro (pas terrible au demeurant) pourrait le laisser penser. « Firefall » pourrait à la limite laisser planer le doute, même si elle manque de pêche, ayant plus la tronche d’un titre de mi-parcours, celui qui ralentit un peu le tempo avant de nouvelles tueries punk-psycho. Mais avec un « Prisonners of the night » qui bascule franchement dans la mièvrerie rockab’, on craint le pire. Et si le pire n’arrive jamais, le disque se maintient dans un à-peu-près très gênant pour qui vient y chercher ce qui est écrit dessus ; du Tiger Army. Or, ce qu’on a ici, au mieux, c’est du Tiger Cub Army (armée de bébés tigres, pour les non-anglophones). J’ai l’impression d’écouter un album entier avec des ersatz de « Hechizo de amor » ; c’est chiant. Ok, ça peut avoir ses fans, mais pourquoi l’avoir sorti sous ce nom ? Je ne comprends pas. Et je ne valide pas.

Paroles de l’album

Site officiel

Tiger Army : Prisoner of the night

Related Posts

  • 10000
    Quatrième album pour Tiger Army, qui après avoir aiguisé ses crocs lors de ses deux premiers albums, les a franchement plantés dans le flamby pour un troisième opus franchement mollasson et très moyen. Amère déception pour votre serviteur qui voyait déjà dans le groupe un compagnon fidèle. Heureusement, la vie…
  • 10000
    Les tigres se sont calmés pour de bon, semble-t-il. Cette troisième offrande au dieu wock n' woll se décline définitivement plus rock que psycho ou punk, préférant les tempos modérés et un petit côté crooner / punk très mélodique à la furie des débuts. Et c'est fort dommage, car même…
  • 10000
    “Psychobilly never dies !”. C’est par ce leitmotiv crié à l’assemblée que débute le deuxième opus des œuvres des américains de Tiger army. C’est clair, on reprend les choses là où on les avait laissées avec leur excellent premier effort éponyme. Leur psychobilly, ce sont des titres simples, pêchus, à…
  • 10000
    Les injustices dans le rock et la musique en général sont légion. Parmi elles, on va s'intéresser aujourd'hui aux Quakes. Le groupe de Paul Roman, formé en 1986, fut l'un des premières formations de psychobilly aux USA, et a influencé bon nombre de formations des deux côtés de l'atlantique. Pourtant,…
  • 10000
    Vous aimez Horrorpops, et le psychobilly en général ? Réjouissez-vous, Thee Merry Widows est fait pour vous ! Sorte de Tiger Army dernière période au féminin, les cinq donzelles sauvages ont concocté des titres classiques et accrocheurs, entre rockab', surf rock, punk et psychobilly pur, et on ne peut que…