NYDVIND : Tetramental I – Seas of oblivion

Nydvind est une formation française de pagan metal, formé en 2000 et qui pourtant ne sort ici que son troisième opus. Ces gens sont donc de ceux qui préfèrent prendre leur temps pour produire une musique qui satisfera pleinement ses exigences. Tant mieux. Dans ses rangs, on trouve aussi un ex Bran Barr. De quoi rassurer. Mais nul besoin d’étudier plus le cv et de disserter sur le intentions de Nydvind : sa musique s’en charge. Son pagan metal doit beaucoup au black, mais emprunte aussi au death et au folk metal le moins dansant. Très classique me direz-vous. Et si je rajoute du chant guerrier, des accalmies pour installer les ambiances, des riffs à la Enslaved ? Ah ben oui, ça ressemble toujours à du pagan, j’m’en doutais. Mais ce que tout ça ne dit pas, mes petits amis, c’est que c’est du très bon pagan. Il n’y a pas un moment où le vocaliste nous fait un peu de la peine, où on a envie de renvoyer le guitariste réviser ses gammes, où les ambiances bucoliques ont tendance à s’éterniser et nous attirer du côté sombre, celui de l’ennui profond. Nydvind sait jouer les architectes, pour construire des titres épiques, intenses et respectant strictement le cahier des charges pagan. Comprenez qu’il nous propose un disque très classique mais qui nous prend aux tripes pour peu qu’on soit sensible au genre. Et on a aucun mal à se sentir porter par les voiles d’un drakkar, puisque « Seas of oblivion » est la première partie d’une tetralogie et qu’il est dédié à la mer, à l’eau quoi. Le seul petit bémol qu’on pourrait mettre à ce disque en tant que puriste, est l’utilisation de l’anglais qui ne sied pas vraiment à l’ambiance. Mais c’est un détail que l’on oublie vite.

Site officiel

BEHEMOTH : I loved you at your darkest

Évoluer ou mourir ; Behemoth connaît la règle, et se l’est toujours appliquée. c’est encore plus flagrant sur ce disque au titre singeant le christ. Après un « The Satanist » d’une noirceur exemplaire, il lui fallait se réinventer pour convaincre sa fanbase impressionnante de continuer à plébisciter sa musique. Bon, et soyons honnêtes, le fait est que Nergal est un artiste d’une intelligence et d’une créativité qui ne sont plus à démontrer, quelqu’un qui cherchera toujours à avancer. Et on peut donc considérer que c’est plus par amour-propre et conscience artistique qu’il a pondu un disque aussi passionnant que celui-ci. Car oui, ce onzième album est une réussite. Bien sûr, serait-on tentés de dire. Pour tout dire, je ne m’attendais pas à être déçu. Pas transcendé, peut-être. Pourtant, désappointé, je le suis pour le moins. Car cet opus s’écarte (encore plus) du black death intense, malsain et haineux. Il en conserve bien entendu quelques stigmates (un riffing black death, et la voix impeccable de Nergal), et le goût de la provocation, ici traduit par des chants d’enfants au texte bien déviant et anti-chrétien. Pour le reste, de grosses influences rock ont fait leur apparition et ont contaminé l’ensemble du spectre, faisant de ce « I loved you at your darkest » le « Clandestine » des polonais. Soit un disque transposant dans une autre réalité la noirceur du combo, tout en lui ouvrant de nouvelle perspectives et lui fermant définitivement (?) quelques portes. Un test pour ses fans, le pari que ceux-ci sauront évoluer en même temps que lui, suivre sa progression sur les flans escarpés d’un metal plus accessible mais non moins sulfureux. Rassurez-vous ; si vous avez apprécié « The satanist », la digestion se fera sans mal tant ce disque ne fait qu’en accentuer certains éléments et en atténuer d’autres, tout en gardant un vocabulaire assez semblable. Par contre, si vous espériez un retour aux sources, c’est non. Au final, « I loved you at your darkest » est une continuité, un entre-deux satisfaisant, pas décisif mais très bon.

Site officiel

Paroles de l’album

Behemoth : Wolves ov Siberia

Behemoth : God = dog

MAYAN : Dhyana

Pour son troisième album, Mayan a voulu mettre toutes les chances de son côté, après deux disques passés relativement inaperçus dans le « milieu » death orchestral. Le combo néerlandais, side-project de Mark Jansen (Epica), a lancé une campagne de crowdfunding, qui lui a permis d’engager un vrai orchestre. Et ça s’entend bien, d’autant plus que les parties orchestrales sont nombreuses, prépondérantes et bien composées. Le reste, c’est des parties heavy épiques, pléthore de vocalistes (six!) qui amènent une diversité et une profondeur certaines à ce « Dhyana ». Le côté gothique est assez développé, mais ce disque est assez riche et varié. C’est un peu le piège dans lequel il tombe d’ailleurs. On a finalement plus l’impression de se trouver face à un opéra metal aux accointances death qu’avec un réel groupe death orchestral ; ici c’est bien le côté orchestral et non death qui est accentué, vous êtes prévenus. On a donc pas la puissance ni la démesure d’un Septicflesh (excusez-moi, mais pour moi ça reste la référence du genre), mais pourtant Mayan parvient à nous tenir en haleine avec une œuvre d’une ampleur pharaonique qui prouve la maîtrise technique de l’ensemble des participants et leur créativité débridée. Bien sûr, on peut trouver ça trop copieux, mais c’est quand même super bien foutu, et les fans qui ont donné pour sa réalisation n’ont vraiment pas à se sentir floués. Joli.

Site officiel

Mayan : Dhyana

KORPIKLAANI : Kulkija

Les derniers albums de Korpiklaani ne valaient pas les premiers, c’est très clair. Pourtant, quelque chose me pousse toujours à retenter l’expérience. Et même s’il m’arrive de le regretter en partie, je trouve toujours quelque chose de bon à me mettre sous la dent. « Noita », ma rencontre précédente avec le groupe, m’avait plutôt surpris, et agréablement. Le groupe semblait y avoir retrouvé un second souffle, et j’avais hâte de voir ce qu’il préparait pour l’avenir. L’avenir, le voici donc à ma porte. Korpiklaani n’a que peu changé. On retrouve sur ce deuxième album le mélange caractéristique de metal et de polka finlandaise, avec toujours la voix de Jonne Järvelä en porte-étendard. Ceci dit, il faut bien reconnaître que c’est insuffisant. Korpiklaani essaie de varier le tempo et l’ambiance, quitte à parfois se perdre dans des formats qui boudent complètement l’énergie qui a fait son succès, à abandonner la légèreté de son folk metal, ou au contraire à mal la doser. Alors, raté ce disque ? Oui. Oh, je sais, d’habitude je tempère plus mes propos, mais là, c’est la troisième écoute, et je m’ennuie toujours autant. Bien sûr, il n’y a pas que du négatif ici, et certains passages sont prenants, certaines idées très bien traduites. Mais c’est loin de suffire pour sauver le disque du gouffre. C’est vraiment paradoxal qu’une musique aussi chargée en mélodies chatoyantes puisse se montrer aussi plombante. Question de dosage comme je le disais plus haut. L’alchimie est dramatiquement absente de « Kulkija », et son positionnement plus mid-tempo et soft finit le travail de déconstruction. Dommage.

Site officiel

Paroles de l’album

Korpiklaani : Aallon alla

Related Posts

  • 83
    De tous temps dans le milieu rock, et metal par extension, il y a eu les penseurs et les amuseurs publics, ceux qui font de la musique pour se détendre, pour le fun, avec un esprit fêtard. Les finlandais de Korpiklaani entrent sans conteste dans cette catégorie. Oh, ils ont…
    Tags: korpiklaani, plus, metal, bien, groupe, se, folk, y
  • 81
    Troisième acte pour nos amis finlandais de Korpiklaani. En quelques années, ces gusses ont développé leur folk metal et atteignent ici un degré de maîtrise impressionnant de leur art. Véritable réussite, ce « Tales Along This Road » est représentatif de ce que le groupe sait faire de mieux ; des titres où…
    Tags: korpiklaani, metal, qu, folk, plus