JENNY AND JOHNNY : I’m Having Fun Now

jenny and johnny having fun

Ils sont jeunes, beaux, plus ou moins connus (lui, c’est Johnathan Rice, elle la chanteuse de Rilo Kiley), sont ensemble à la ville comme à la scène, et font de la musique positive et pop, avec ce côté vintage dans l’air du temps. Jenny and Johnny sont donc programmés pour cartonner. A priori le type même de schéma qui me donne des boutons. Mais bon, pourquoi pas, et dans la série je suis parano et naturellement mauvais mais je me soigne, je laisse à ce premier album une chance de me séduire, sinon de me convaincre au moins à peu près. Et m’enfile donc les onze titres sans sourciller. Ok, c’est assez frais, c’est sautillant, c’est léger, insouciant, jeune. Ça et là, des titres un peu plus intimistes (« While Men Are Dreaming ») ou plus rock (« Commited ») font leur apparition, histoire de montrer que le duo sait aussi faire autre chose que de s’amuser. Mouais. Le but de l’album étant clairement affiché, on ne pourra pas leur en vouloir. Mais de là à crier au génie et en faire son disque de chevet… De l’été peut-être, pour les plus hippies d’entre-vous. Moi, je préfère m’écouter un vieux Thrills ; c’est aussi ensoleillé, peut-être un peu moins hype, mais au moins on y trouve des chansons qui ne s’autodétruisent pas au bout de trois ou quatre écoutes.

Paroles de l’album

Site officiel

Jenny and Johnny : Big wave

Related Posts

  • 79
    Révélations intérieurs m'ayant fait l'amitié de me nominer aux Liebster Awards, c'est à mon tour de répondre à un petit questionnaire, et de passer la main à 3 autres blogs bien sympathiques dans des genres totalement différents ! Allez, en piste ! 1 – Depuis combien de temps as-tu un…
    Tags: de, à, un, plus, me, c'est
  • 74
    Après le New York hardcore, Full Blown Chaos nous fait le coup du New York metalcore. Brutale et sans compromis, la musique de ce premier album s'adresse directement aux plus durs d'entre vous. Car malgré une pointe de mélodie par-ci par-là, les treize titres de ce premier opus sentent la…
    Tags: de, à, un, plus
  • 72
    Tous les fans de metal extrême qui ne connaîtraient pas encore les italiens d’Ephel Duath devraient rougir de honte après l’écoute de ce nouvel opus. Pas beaucoup plus que pour le précédent, me diront les initiés, mais plus le temps passe, et plus leur faute s’alourdit. Un petit point d’histoire…
    Tags: de, un, plus, à
  • 71
    Les Marseillais de Dagoba sont sur une pente ascendante depuis un bon petit paquet d'années, et font tout pour rester sur le devant de la scène, s'imposant un rythme de croisière, une qualité compositive et une puissance rares. Bon, certes, la recette bouge peu ou pas du tout (ici, un…
    Tags: de, un, à
  • 71
    Puressence est une formation anglaise qui pratique une pop indé assez mélancolique et poignante, avec la particularité de comporter un chanteur à la voix très androgyne (pour tout dire, j'ai longtemps cru qu'il s'agissait d'une chanteuse). Et l'air de rien, c'est un groupe qui vient d'atteindre ses 19 ans de…
    Tags: de, un, plus, à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *