JAZ COLEMAN : Magna invocatio

Pourquoi présenter un tel disque ? L’équation est simple ; Jaz Coleman est un être au charisme incroyable + Killing Joke est un putain de bon groupe x j’adore les reprises + ce genre de projet hors des sentiers battus) = passage obligé. Bien entendu qu’on s’attendait à ça, puisque ça faisait un moment que l’idée trottait dans la tête du monsieur, après avoir adapté de façon orchestrale plusieurs grands noms du rock (Led Zep, les Doors, le Floyd…) et collaboré à plusieurs reprises avec des formations orchestrales (je vous conseille en particulier le splendide « Songs from the victorious city » sorti en 1990 en compagnie d’Anne Dudley d’Art Of Noise). Il faut dire que sa rencontre avec le genre classique date de bien avant Killing Joke. Ce « Magna invocatio » est donc loin d’être une fantaisie bricolée à la va-vite par un musicien de passage. Sur les 13 titres qui le composent, Jaz Coleman déploie tout son génie et son savoir-faire, transformant et magnifiant les titres de différents albums de son groupe fétiche, leur amenant une dramaturgie poignante. De quoi redécouvrir les chansons, se rendre compte de leur profondeur et leur magie. De quoi aussi rendre un nouvel hommage à Paul Raven (« The raven king » est d’ailleurs le premier titre à bénéficier d’une vidéo). Sur une partie des titres, des choeurs font leur apparition. Était-ce bien nécessaire, je ne suis pas sûr. Car même sur les autres, la direction par monsieur Coleman du St Petersbourg Philharmonic Orchestra parvient largement à nous faire atteindre des hauteurs jamais envisagées. Alors oui, les die hard fans regretteront certainement le choix des titres, ou du moins l’absence de certains classiques (« Pandemonium » est boudé). Mais globalement, « Magna invocatio » est un bonheur de tous les instants pour les fans. Et j’imagine, étant donné la richesse de composition et d’orchestration, qu’il en sera de même pour les autres. A découvrir absolument !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Sortis de leur période punk anar depuis pas mal de temps déjà, Jaz Coleman et sa bande se recentrent sur un style plus passe-partout et empreint des sonorités new wave / cold wave de l'époque sur ce cinquième album qui marquera les esprits. A la fois dansant et sombre, un…
  • 10000
    Killing Joke, c'est le type même du groupe qui divise les générations ; une trentaine d'années de carrière, un parcours pas toujours très glorieux, des choix stylistiques souvent décriés même si toujours assumés et assez bien négociés... Revenu jouer depuis quelques années en terrain rock énervé, le grand-prêtre Jaz et…
  • 10000
    Pour ceux (probablement nombreux) qui ne connaitraient pas le personnage, Henrik Schwarz erst un musicien allemand de musique électronique à dominante house, qui traîne dans le milieu depuis pas mal d’années déjà. Comme beaucoup d’autres, me direz vous. Pas faux. Mais là où notre presque quinqua tire son épingle du…
  • 10000
    Helen Money est un nom inconnu pour la plupart des gens, mais pourtant vous devez, nous devons être nombreux à l'avoir déjà croisée sur au moins un disque, et peut-être même dans ces pages. Collaboratrice régulière des excellents Mono, elle a aussi participé à des disques de Disturbed, Anthrax, Russian…
  • 10000
    Par ici, on croise plus de metal que de musique neo-classique, j'en conviens. Et puis parfois, on croise les deux en même temps. Bon, ok, je mens un peu. Konstantin Kokourov est un compositeur assez jeune qui nous vient de Sibérie. Quel intérêt de vous dire qu'il est jeune ? Un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *