JAY-JAY JOHANSON : Opium

????????????????

Et voilà, j’ai raté un épisode. Je suis complètement passé à côté de « Cockroach », le précédent disque du crooner suédois. Pourtant, j’ai toujours aimé Jay-Jay Johanson. Alors là, pas question de réserver le même sort à ce dixième album. Tout commence par une « Drowsy / Too young to say good night » un peu trop transparente à mon goût, même si sa deuxième partie est beaucoup plus intéressante. Mais la grosse surprise de ce disque, c’est le sampling de « No Remorse » du rappeur horrorcore Necro sur « Moonshine » (qui est en fait un sample retravaillé du « Dies Irae Psichedelico » d’Ennio Morricone, de la bande originale d’Escalation), sombre à souhait, qui rappelle le très bon « Poison ». Les autres titres, eux, se situent plus dans une mouvance jazzy mélancolique, peut-être plus sages que par le passé, mais toujours aussi exigeants en terme de recherche dans l’orchestration. On croisera donc des cordes, des claviers, et surtout des tas de rythmiques élctroniques différentes, inédites pour la plupart sur les albums du grand blond. Ce qui est plutôt remarquable après quinze ans de carrière. Jay-Jay Johanson continue sur sa lancée, élargit son univers pour l’adapter à ses envies du moment. Et si j’apprécie moins cette nouvelle passion pour un style plus posé, tant pis pour moi : je n’arrive pas à lui en vouloir.

Site officiel

Paroles de l’album

Jay-Jay Johanson : Moonshine

Related Posts

  • 10000
    Ce nouvel album de notre dandy suédois préféré pousse le côté mélancolique du bonhomme dans ses derniers retranchements, tenez-vous le pour dit. Exit donc les titres un peu plus légers de ces dernières années, et exit l'électro aussi. Intimiste, crépusculaire et épuré, cet album pourrait se rapprocher côté français d'un…
  • 10000
    Même pas huit heures du matin. La pluie tombe sur les vitres sales d'un train de banlieue rempli d'inconnus aux yeux hagards et aux gestes maladroits. Les paysages défilent, on traverse une à une des gares désertes, comme pour vérifier qu'on est seul. C'est le moment idéal pour écouter ce…
  • 10000
    C'est en 1996 qu'apparaît sur une scène trip-hop alors en plein essor une voie extraterrestre, entre le style suscité et le dandysme tranquille d'un jazz option crooner. Cette voix venue d'ailleurs, c'est celle de Jay-Jay Johanson, suédois blond décoloré comme le blé transgénique et au physique de crevette. Et à…
  • 10000
    Deux ans après un Poison en demi-teinte, le fringuant Jay-Jay nous revient transformé avec un "Antenna" plein de promesses. Pourtant, on commence par craindre le pire : le crooner s'est associé à des pontes de l'électronica (Funkstorung pour ne pas les nommer) pour opérer sa mue. Et ce n'est pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *