JADU HEART : Hyper romance

Je n’avais pas eu l’occasion de me pencher sur ce duo anglais étiqueté comme pop psychédélique auparavant. Je ne sais pas si c’est le récent déménagement du groupe de Londres à Bristol qui est à l’oeuvre, mais je trouve ce qualificatif à demi juste. Je trouve en effet ici quelques effluves typiquement bristoliennes, à la limite du trip-hop, que ce soit en terme d’ambiance ou de sonorités. Cet album, le deuxième, est composé de onze titres retraçant la trajectoire et l’impact d’une histoire d’amour, de l’euphorie des débuts à la déchéance. Et tout ça sonne très indie pop, comme un petit trésor underground. Jadu Heart a offert la possibilité à ses fans de découvrir petit à petit ce nouvel opus, égrenant six singles en quelques mois, accompagnés d’une vidéo, plutôt artisanale mais quand même sympa. Ce qui frappe lorsqu’on écoute l’intégralité de cet album la première fois, c’est sa construction. Jadu Heart met en place une progression collant parfaitement à son thème, reflétant les différentes étapes décrites, et se traduisant par des ambiances très différentes, mais toutes parfaitement maîtrisées. Chacun a le droit d’avoir ses chouchous, et il est fort probable que vous en trouviez parmi chaque phase de l’album. Au final, « Hyper romance » est le type d’oeuvre qui à la fois surprend au cours de l’écoute, et appelle à la redécouverte, sans pour autant qu’on en soit subjugué. Une œuvre attachante de la part d’un groupe qui, même s’il a abandonné en route les énigmatiques masques arborés sur ses premières productions, reste assez insaisissable tant il s’avère multiple et changeant, autant musicalement que visuellement (les inserts d’images ésotériques viennent forcément questionner). C’est probablement cette richesse et cette ambiguïté qui font de « Hyper romance » non seulement une belle découverte mais aussi et surtout une énigme !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Voici quelques années que le californien n'avait pas sorti un véritable album. C'était pour être précis en 2016 avec « Instrumentalepathy », deuxième album toujours d'une richesse et d'une originalité certaine. Pour celles et ceux qui n'ont pas eu l'occasion de découvrir ce disque, présenté dans ces pages (il n'est donc pas…
    Tags: album, heart, cette, on, pop, quelques, rock, electro, hop
  • 10000
    Drab City est un nouveau venu sur la scène indie pop, mais il est constitué d’un duo ayant déjà expérimenté dans d’autres formations ce qu’ils voulaient ou ne voulaient pas faire avant de se retrouver, s’enfermer ensemble et communier à travers la musique. Un duo fusionnel donc, recroquevillé dans un…
    Tags: d, pop, on, c, indie, electro
  • 10000
    J’ai raté le premier album de ce quatuor gentiment barré. Le label m’a rappelé à l’ordre pour la sortie de cet ep au nom mystérieux. Il a bien fait. Avant même d’en lancer la lecture, je me dis que ça ne va pas être de tout repos ; une pochette psychédélique,…
    Tags: on, d, l, a, psychédélique, cet, album, pop, indie, electro
  • 10000
    Ma dernière rencontre avec Froth date de 2015 avec « Bleak ». J’y découvrai un rock alternatif « guitar-driven » qui naviguait entre plusieurs styles au gré de ses humeurs, baladant assez son auditeur pour qu’il ne puisse pas faire une réclamation pour ennui manifeste auprès des autorités concernées. Et puis, paf, comme le…
    Tags: d, l, pop, on, indie, c, trouve, écoute, rock, psychédélique
  • 10000
    Et hop, me voilà de nouveau face à un disque que j’ai mis énormément de temps à écouter...ce que j’ai fait juste parce que son attaché de presse est sacrément insistant. Et vous savez quoi ? C’est, dans ce métier, une sacrée qualité. Alors bien sûr, quand on est aussi insistant,…
    Tags: on, pop, d, trip, indie, electro, l, a, s, groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *