IT IT ANITA : Sauvé

Ah la la, ces groupes qui nous envoient dès le premier titre leur single pour nous appâter ! Bon, ceci dit, dans le cas d’It It Anita, on peut oublier l’effet « waouh » sur les fans de pop songs proprettes : on se prend surtout des riffs dissonants, de la noise rutilante et une ambiance punk / hardcore dans les gencives. Et ça fait autant mal que ça fait du bien. Les belges ont laissé le soin à Amaury Sauvé de saisir et retranscrire au mieux le chaos créatif de ce troisième album, et l’ont donc en toute logique (et comme en leur habitude) nommé « Sauvé », ce disque. J’ignore si la pochette est une retranscription visuelle de l’endroit où le disque a été composé / enregistré, mais il est certain qu’elle peut laisser dubitatif. Par contre, pour le reste, on sera bien mal avisé de se plaindre : le groupe déploie ici un savoir-faire rare dans l’art de mettre des mandales soniques et créatives. Je ne vais pas vous dire que leur son est inédit ; d’autres probablement plus sages que moi y ont vu un lien de parenté ici avec un Fugazi, là avec un Pavement… Mais bon, ces étiquettes sont finalement là pour aiguiller, pas pour indiquer. Comprenez que It It Anita n’est pas l’élève besogneux du fonds de la scène qui copie méticuleusement les plans de l’un ou l’autre. Ses titres partent un peu dans tous les sens, empruntent certes ça et là un sens du larsen, une tendance à la mélodie branlante mais attachante, mais peignent un paysage éminemment personnel et chaotique. Cependant, c’est un chaos contrôlé, au sein duquel surnagent des mélodies presque pop, finalement. En tout cas, des mélodies qui forment de vraies chansons, avec un début et une fin, et auxquelles on peut s’accrocher sans mal. Est-ce que « Sauvé » est à mettre entre toutes les oreilles ? Non. Mais quelle énorme claque pour celles qui y sont préparées ! Sera-t-il le meilleur du genre rock noise de l’année ? L’avenir nous le dira, mais en tout cas, il risque fort d’être dans le top 3.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    5 ans d’attente entre deux albums pour un groupe bien énervé, c’est long. Et on pourrait raisonnablement se demander si les liégeois de The K. ont craqué le slip. Un indice nous est donné sur la pochette. Ah, mais ils ont des excuses ; c’est que leurs membres aiment bouffer à…
    Tags: on, bien, rock, d, ne, ont, l, disque, belges, c
  • 10000
    Punk, ça veut encore dire quelque chose pour vous ? Et bien pour les petits gars de l'Ontario, ça a encore une signification. Bruyante, sauvage, sale, la musique du groupe rappelle pas mal de groupes nineties du punk le moins pop, du rock alternatif et du noise rock. « Higher power » ne…
    Tags: punk, ne, rock, est-ce, titres, disque, reste, non, a, bien
  • 10000
    Sorti en mars et passé totalement inaperçu dans nos terres, tout comme son prédécesseur, le 4e album du projet de l'anglais Jake Lee a pourtant des atouts pour qui s'y penche. Bon, bien sûr, il faut s'y pencher avec prudence, être prévenu de l'endroit où on met les pieds et…
    Tags: plus, on, bien, a, album, ne
  • 10000
    Je suis passé à côté de Drenge et de leur premier album en 2013. Et je serais passé à côté de celui-ci si on ne me l'avait pas glissé dans la playlist. Pourtant, si « Undertow » a clairement un profil indé avec son rock alternatif guitare – batterie – voix, il…
    Tags: rock
  • 10000
    « Pronoia », premier titre de ce premier album du trio d'Olympia, Washington, pose une question qui pourrait être au centre de cette critique ; doit-on avoir honte de ses influences ? Doit-on les occulter ? Et celui qui les reçoit forcément en pleine tronche à l'écoute de ce titre doit-il les passer sous silence ?…
    Tags: a, rock, punk, ont, on, y, ne, titre, premier, hardcore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.