HOWLING : Colure

En 2015, « Sacred ground », le premier album de ce projet de Ry X et Frank Wiedemann faisait surface et s’imposait comme un très bon compromis entre electro pop et electronica, pas renversant mélodiquement mais jouissant de l’expérience et du savoir-faire sans failles de ses géniteurs, ce qui finit par convaincre l’auditeur. Le duo a bien pris son temps pour proposer une suite qu’il juge digne de ce nom. C’est une longue intro qui nous fait pénétrer ce nouveau rêve éveillé. Puis « Pieces » démarre, tout en douceur et en beauté ; on est en confiance, c’est un superbe titre. L’ensemble de l’album suivra la même lignée : des voix cotonneuses posées sur un duvet electronica, entre rêve et mélancolie. On reconnaît sans aucun doute la patte de Howling, mais quelque chose a changé. Ou plutôt évolué ; toutes les qualités déjà détectées ont été travaillées, chaque détail a été peaufiné et amplifié jusqu’à ce que plus rien ne dépasse. « Colure » est tout ce qu’on pouvait espérer qu’il soit. Bien sûr, on pourrait lui reprocher une teinte un peu trop unie ; les treize titres surfent clairement sur la même vague, avec les mêmes éléments constitutifs. Chaque titre est un empilement subtil de beats étouffés, de rythmiques hypnotiques, de motifs instrumentaux, et d’un chant typique. Mais avec les mêmes effets sur l’auditeur aussi ; une reddition immédiate et inconditionnelle. Il faut que je vous dise aussi que « Colure » est d’une rare générosité, d’autant plus de nos jours où la durée moyenne des albums a tendance à baisser : une heure et huit minutes de musique, c’est royal. Bon, je trouve quand même qu’un titre en moins aurait allégé la sauce et rendu le tout plus digeste. Mais ce disque reste sacrément bon.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    L'an dernier, le combo australien The Acid avait été, rayon électro, un sacré beau cadeau. Aujourd'hui, voici son vocaliste Ry X avec un nouveau projet, toujours en territoire électro. Si ça ressemble pas à un rendez-vous arrangé, ça... D'emblée, « Signs » dévoile une facette tout aussi électronique et travaillée, mais encore…
    Tags: plus, howling, projet, album, on, bien, sacred, ground, electro, pop
  • 10000
    Quatrième album pour les allemands de Modeleketor, qui décidément aiment prendre leur temps pour produire ce qu’ils considèrent comme des disques dignes de leur standing. Enfin, au moins le temps de la réflexion, car apparemment, « Whoelse » n’a été composé « que » en deux ans et demi, et…
    Tags: plus, disque, entre, i, a, temps, musique, rien, lui, plutôt
  • 10000
    Je n’ai pas été très sérieux avec Fragile Architecture ces derniers temps. Bien sûr, je vous ai parlé en 2015 de leur beau disque de 2009 « Sweet electric ». Mais depuis, j’ai fait l’impasse. Pas faute d’intérêt, mais faute d’attention. Pas cool hein ? Alors aujourd’hui, avec la sortie de ce quatrième…
    Tags: bien, disque, a, sûr, chose, on, motifs, titres, huit, ne
  • 10000
    Berlin a toujours été une ville « porteuse » pour la musique électronique. Mais à l’écoute de ce premier album de ce duo mixte, on l’aurait plutôt situé près de la tamise que du palais du Reichstag. En effet, « One step » développe un trip-hop brumeux, soyeux et mélancolique. La voix douce et…
    Tags: on, bien, disque, a, electro, electronica
  • 10000
    Je n'ai jamais vraiment compris ce que le groupe entendait par ce titre énigmatique, mais j'avoue ne jamais avoir trop cherché non plus. Découvert avec ce premier album assez exemplaire, le duo m'a immédiatement fasciné par sa propension à marier l'indie pop à l'électronica. En bien des points, ce galop…
    Tags: a, plus, premier, pop, album, titres, beauté, superbe, d'un, on

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *