HONEYBLOOD : Babes never die

Le premier album du duo Honeyblood m’avait titillé plus qu’émoustillé. Mais c’est déjà ça. Et je m’étais promis de suivre le chemin emprunté par le groupe, conscient du potentiel que l’album Honeyblood promettait. « Babes never die », donc. Une fois passée une intro pas très opportune, la chanson-titre tente de nous embarquer. C’est pas gagné. Trop simpliste. « Ready for the magic » s’en sort bien mieux, montrant un visage powerpop très classique mais plus pimenté. « Sea hearts » suit le même chemin, « Love is a disease » à peu près aussi ; c’est bien, on avance. Les titres s’enchaînent et s’affranchissent du principal reproche que j’ai fait au premier disque du combo ; ce goût d’inachevé, d’imperfection qui colle au palais et assèche la bouche. Encore un peu court mais vraiment très bien troussé, ce deuxième opus révèle enfin le talent de Honeyblood pour l’indie powerpop, celui qui fonctionne vraiment, qui rase gratis dans le sens contraire du poil et redonne au terme « rock » tout son sens. On ne sait pas si ces « babes » ne mourront pas, mais elles ont en tout cas ici bien évité un vieillissement accéléré.

Paroles de l’album

Site officiel

Honeyblood : Sea hearts

Related Posts

  • 10000
    Deux jeunes filles, l'une blonde, l'autre brune, se rencontrent à Glasgow (ou pas loin) et se lient d'amitié. Quelques temps plus tard, mues par une passion commune pour la musique, elles décident de fonder leur propre groupe, qu'elles baptisent Honeyblood, et dans lequel elles comptent bien assouvir leurs penchants pour…
  • 10000
    Avec le nom rigolo de son géniteur, sa pochette anti-commerciale et son titre décalé, « Masterpiece » a tout de l'archétype du disque indie rock ricain. Et c'est effectivement ce qu'il est. Mais là où je m'attendais à un énième adorateur du dieu nineties, guitares braillardes et chant détaché en bandoulière, ne…
  • 10000
    Décidément, après Royal Blood et le retour de Death From Above 1979, 2014 n'est pas avare en duos bruyants ! Celui d'aujourd'hui est australien, formé d'un guitariste / chanteur et d'un batteur, et fout aussi un sacré barouf, en mélangeant punk, noisy pop et indie rock. Mais je ne rend pas…
  • 10000
    Autant vous prévenir, malgré ses dix ans au compteur et ses trois autres albums derrière lui, je ne connais pas Howling Bells. Je n'en ai même jamais entendu parler. Et c'est justement pour ça que je m'y intéresse. "Heartstring", donc, est un disque d'un groupe qui à priori n'a plus…
  • 10000
    Bon. On m'a vendu « Holy ghost » comme un disque punk-pop. Autant vous dire que me retrouver face à une chanson-titre intimiste et acoustique m'étonne un peu. Pourtant, l'esprit et le son sont bien là, et la disto prend peu à peu le dessus, pour débouler toute pimpante sur une « Wedding…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *