HOME VIDEO : No certain night or morning

homevideo_nocertain

Je n’ai jamais vraiment compris ce que le groupe entendait par ce titre énigmatique, mais j’avoue ne jamais avoir trop cherché non plus. Découvert avec ce premier album assez exemplaire, le duo m’a immédiatement fasciné par sa propension à marier l’indie pop à l’électronica. En bien des points, ce galop d’essai peut être comparé à une relecture, un prolongement naturel du Radiohead de la période « kid A » / « Amnesiac ». Même propension à la mélancolie glacée, au minimalisme rythmique, même passion de la répétition hypnotique et… même voix. Oui, bon, j’exagère un peu, mais à peine. Collin Ruffino caresse les mélodies d’un timbre mi-rêveur mi-dépressif très comparable à celui de Thom Yorke, et ce dès la superbe « Sleep sweet » introductive. Ce premier album installe en 10 titres une atmosphère nostalgique, une beauté pop électronique renversante dont il vous sera difficile de vous détacher si vous êtes déjà sensible au groupe anglais cité plus haut. Petite précision, Home Video a été découverte et mis en lumière par le label Warp ; on peut difficilement faire mieux comme gage de qualité. A vous de jouer donc !

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    "No certain night or morning", premier album des New Yorkais, m'avait soufflé par sa faculté à mélanger electro pop inventive et indie pop à la Radiohead (dont on pourrait franchement croire que les deux groupes partagent le même chanteur). Mais plus que la forme, c'est le fond qui m'avait séduit…
  • 10000
    Le premier album de ces américains pose une fois de plus la question cruciale du positionnement du single. Ici, « Better strange », le single, est placé au tout début d'album. Ce qui peut être considéré comme une très bonne idée, puisqu'il est imparable, mais qui peut tout aussi bien jouer en…
  • 10000
    L'an dernier, le combo australien The Acid avait été, rayon électro, un sacré beau cadeau. Aujourd'hui, voici son vocaliste Ry X avec un nouveau projet, toujours en territoire électro. Si ça ressemble pas à un rendez-vous arrangé, ça... D'emblée, « Signs » dévoile une facette tout aussi électronique et travaillée, mais encore…
  • 10000
    Les productions trip-hop ne courent pas les rues. Alors celles venues d'Australie, n'en parlons pas ! Et bien si, justement, parlons-en de ce "Liminal" tout en douceur et en retenue. Étrange union d'une pop indé caressante et mélancolique, de mélodies electro-pop dansantes et d'expérimentations électro, ce disque est un cocktail…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *