HOLLYWOOD PORN STARS : Signs

HPS_signs

Neuf ans que j’attends ; « Signs » a intérêt à être bon. Oh, non, je n’ai pas envie d’introduire, de tourner autour du pot : j’adore ce groupe, je suis conscient depuis leur premier album enregistré à la va-vite de leur potentiel monumental, et je suis furieux qu’il m’ait si longtemps abandonné. Alors aujourd’hui, je réclame rageusement mon dû : de la pop indé punchy qui n’a pas peur de faire tomber la foudre quand c’est nécessaire, jouant pas mal en mode mineur, avec un savoir-faire à la belge, inimitable. Et heureusement, je suis entendu. Bon, je ne suis exhaussé qu’à moitié, puisque « Signs » n’est qu’un ep, avec sept titres éminemment sympathiques au compteur, ce qui en fait un délicieux casse-croûte certes, mais qui laisse un très frustrant goût de revenez-y. Alors Hollywood Porn Stars a-t-il perdu en subtilité, en intelligence et en saveur ? Que nenni ! Goûtez-donc à « The first round », « Signs », « Be scared », « This world » et « The dark wave america » et vous saurez que le retour de ce groupe est un bienfait pour le genre. Maintenant, il s’agirait de passer la seconde les gars !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    "Satellites" ou comment les choix promotionnels d'une maison de disques peuvent induire en erreur et influer un public pourtant conquis d'avance. Ou du moins votre serviteur. Car celui-ci a adoré "Year Of The Tiger", et a été assez désarçonné à la découverte de "Andy", premier titre de ce deuxième album,…
  • 10000
    Je fais partie de ces vieux cons qui déplorent souvent que les gens connaissent la reprise, la séquelle, le fils spirituel, le spin-off, et pas l'original. Pourtant, c'est bien connu, on est toujours le con d'un autre, et me voici face à l'une de mes nombreuses lacunes musicales. My Little…
  • 10000
    Le premier album de ces américains pose une fois de plus la question cruciale du positionnement du single. Ici, « Better strange », le single, est placé au tout début d'album. Ce qui peut être considéré comme une très bonne idée, puisqu'il est imparable, mais qui peut tout aussi bien jouer en…
  • 10000
    Revenu depuis déjà quelques temps à un format plus pop tout en conservant une exigence mélodique dont il ne s'est jamais départi, Doug Martsch, l'homme derrière Built To Spill, offre au monde ce cinquième album du groupe en 2001. Infatigable artisan d'un rock indépendant qui doit autant aux Beatles qu'à…
  • 10000
    Vous savez quoi ? Foals, c'était la sensation indie-pop de 2008 ! Et bien moi, je suis to-ta-le-ment passé à côté ! Alors aujourd'hui, je vais essayer de me rattraper avec le deuxième album de ce quintette anglais. « Blue Blood » débute, et je l'accueille avec une moue circonspecte ; « Comment…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *