HILARY WOODS : Birthmarks

Pour qui a laisser traîner ses oreilles sur les albums, et surtout ses yeux sur les crédits des albums de JJ72, le nom de Hilary Woods ne sonnera pas creux ; la dame a en effet été bassiste pour le groupe. Et je me suis franchement tâté à placer cette information en introduction de cette chronique. Parce que, hormis le fait de conclure qu’elle n’est pas née de la dernière pluie (JJ72 a quand même mis la clé sous la porte en 2006), ça ne va pas vraiment vous aiguiller ; de l’indie rock de sa formation la plus connue, ce projet ne retient pas grand-chose. Si je devais vous décrire la chose (c’est ce que je vais essayer de faire, vous aviez deviné ? ), je parlerais plutôt d’un croisement entre une Agnès Obel et une Anna Von Hausswolff, avec une dose de noise en plus. Ça vous excite ? Non ? Ben ça devrait. « Birthmarks » est son deuxième album solo, après un « Colt » en 2018 à côté duquel je suis allègrement passé. Bref. « Birthmarks » est de ces disques dont pas mal de titres pourraient parfaitement coller à l’ambiance des séries les plus sombres de Netflix. Bien sûr, la couche noisy est parfois un peu trop prégnante (ce disque a été pensé et conçu avec l’aide de Lasse Marhaug, gourou noise / expérimental norvégien, trempant dans de nombreuses formations du genre), mais l’ensemble est le plus souvent très bien dosé. Assez court, ce disque s’attache plus à déployer des atmosphères que des chansons ; de fait, ces huit titres correspondent plus à une pièce en plusieurs actes qu’à une suite morcelée. Ça craque, ça frotte, ça se hérisse et ça se rétracte ; les éléments électroniques cohabitent avec les cordes, les basses, la voix, le piano et les field recordings dans une étrange sarabande qui tient plus de la sorcellerie que de l’enchantement. C’est une beauté sombre qui prédomine cependant ici, ce qui sauve ce disque du sticker « réservé à un public averti ». Éprouvant mais magique !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    A priori, la myopie n'est pas le sujet le plus sexy qui soit. Mais connaissant Agnès Obel, on se doute qu'elle en a une une interprétation toute personnelle. Et puis soyons clairs : elle pourrait même écrire un album sur la gastro-entérite que ça aurait de la gueule quand même. Le…
    Tags: se, a, plus, classique
  • 10000
    De retour après un premier album acclamé, la danoise Agnès Obel remet le couvert pour un deuxième opus encore plus intimiste et réussi. Piano, violon, violoncelle, voix : pas besoin de plus selon la berlinoise d'adoption pour toucher au coeur ses auditeurs. Délicate, soyeuse, volontiers sombre, la musique d'Agnès est…
    Tags: plus
  • 10000
    Anna von Hausswolff est suédoise et compositrice. Si vous avez la curiosité de taper son nom sur wikipedia, on vous indiquera sans sourciller qu'elle se situe à la croisée du rock indépendant, de l'électronique et de la pop. Mouais. Enfin, je fais le malin, mais à l'écoute de ce nouvel…
    Tags: bien, a, disque, ne, se, plus, suis
  • 10000
    Ben Chatwin est un musicien professionnel. Ça veut dire qu’il passe son temps à jouer et plus particulièrement composer pour divers clients. Mais genre des gros, pour lesquels il n’est pas possible de produire des choses vulgos et manquant de classe ou d’accroche : Louis Vuitton, Calvin Klein, la BBC, Volkswagen,…
    Tags: plus, se, disque, classique, neo, a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *