HAUSCHKA : What if

Le disque précédent de Volker Bertelmann m’avait tout bonnement soufflé. Je m’étais laissé embarquer sans mal dans le mélange subtil et savant de néo-classique, d’ambiant et d’electronica développé par l’artiste allemand. Entièrement instrumentale mais pleine de relief, elle regorgeait autant de noirceur que d’espoir, de poésie que de désenchantement. Je guettais donc une nouvelle offrande du monsieur, et voici qu’elle m’arrive par surprise. Cool. Je serai bien en peine de vous dire ce que « What if » a de particulier, de différent de son prédécesseur pour vous pousser à vous jeter dessus. Un peu plus electronica et rythmé peut-être, mais se situant tout de même dans la même lignée, il n’a en revanche, et ça je vous l’assure, rien de moins que « Abandoned city » chroniqué dans ces pages. Superbe de bout en bout, ne se départissent jamais d’une théâtralité qui lui colle à la peau, ce disque est celui d’un homme qui a conscience du potentiel évocateur de sa musique et sait parfaitement en doser les effets. Une belle œuvre, encore !

Site officiel

Hauschka : Familiar things disappear

Related Posts

  • 10000
    T'écoutes quoi là ? Ah, de la musique d'allemand ? Super... Il joue quoi ? Avec un piano préparé ? Mais c'est de la musique contemporaine alors non ? Des trucs super chiants et qui donnent mal au crâne, j'ai pigé... Comment ça c'est bien ? Eh mais, t'as raison…
  • 10000
    Je vous ai déjà présenté le travail de Michal Jacaszek dans ces pages. L’homme évolue d’habitude dans un style qui lui est très personnel, une rencontre entre post rock, neo classique et electro ambiant, tout en finesse et en retenue, d’une beauté et d’une classe folles. Ce « Kwiaty », dixième opus…
  • 10000
    Les formations étiquetées dark jazz ne sont pas légion, alors chaque sortie du genre est scrutée à la loupe par les fans du genre. Aujourd'hui nous nous interesserons à Fogh Depot, trio moscovite qui, comme souvent, fait se croiser dark jazz et electro-ambiant pour un résultat sombre et créatif. Il…
  • 10000
    Ben Lukas Boysen, c'est un nom qui me disait quelque chose. Ah mais bien sûr ! C'est le berlinois derrière Hecq, dont j'ai évoqué le «Mare Nostrum » dans ces pages il y a quelques temps. « Spells » est son deuxième album en son nom, et n'a absolument rien à voir avec le…
  • 10000
    Ca fait un petit moment qu'on a pas eu l'occasion d'entendre un vrai nouvel album de l'écossais surdoué Craig Armstrong. Surdoué ? Oui, car seize ans arès sa sortie, "The space between us" reste toujours un monument de trip hop cinématographique et mélancolique. Et si "As if to nothing" suivait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *