HATE ME TENDER : In The Wake Of Reality

hate me tender in the wake

Premier album pour les toulousains de Hate Me Tender, après un premier ep qui leur aura permis de jouer les premières parties de Most Precious Blood, Amenra, Houston Swing Engine et consorts. Une première galette qui se place à la croisée des chemins entre punk, emo et emocore. Bien dans l’air du temps, quoi. Le chant crié est contrebalancé par des chœurs en chant clair, l’agressivité ne se départit jamais de mélodie, et les dix titres passent, sans grande surprise. Et c’est bien ce qu’on pourra reprocher au groupe ; un manque cruel d’originalité. Car oui, c’est carré, c’est relativement bon, certains titres sont plus sympa que d’autres (« An Inconvenient Truth » en particulier), mais rien ne détache vraiment le groupe de sa centaine de sosies, utilisant à peu de choses près la même recette. Retour en cuisine, ça sent le réchauffé !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Nouveau venu sur la scène émocore, Funeral For A Friend n’a pas manqué de se faire remarquer à la sortie de son premier mini “Between Order And Model”, déjà encensé par la critique. Ce quatre titres y fait donc suite en perpétuant un émo frais et très digeste qui comblera…
  • 10000
    Revive nous vient de Paris et pratique un emocore mélodique mais jamais mièvre. Au cours des douze titres de ce premier album mixé par Alan Douches (Mastodon, Dillinger Escape Plan) à la grosse pomme (excusez du peu), le groupe s'emploie à convaincre son auditoire par platine interposée en lui proposant…
  • 10000
    Le jeune label toulousain Eternalis, apparemment désireux de s’impliquer dans la scène crossover hardcore metal hexagonale, nous présente ici sa deuxième production, le premier ep d’une formation perpignanaise œuvrant dans un emocore / hardcore metal de qualité. Le groupe garde de l’émo une certaine puissance évocatrice et un refus du…
  • 10000
    Si l'emocore n'est plus trop dans l'air du temps, ça n'empêche pas quelques formations de le pratiquer intensément. Chiodos, qui a récemment vu son line-up une nouvelle fois modifié avec la réintégration d'ex-membres, pratique le genre depuis 2001, d'une façon plus ou moins pop. Ce quatrième album, et premier à…
  • 10000
    Pur produit de la société américaine, le floridien Underoath mélange sans hésiter emocore et foi chrétienne. Et loin d'être indigeste, sa musique gagne franchement à être connue. A ce titre, il y a deux ans, « Define The Great Line » établissait les jeunes gens comme valeurs sûres d'une scène surpeuplée, en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *