HAS A SHADOW : Sorrow tomorrow

Il y a quelques années, la musique était pour moi comme une drogue. Je suis passé par une période d’intense boulimie, j’engloutissais des dizaines de disques par semaine, et je listais tout ce que je pouvais trouver. Bon, ça n’a pas forcément l’air comme ça, mais je me suis calmé. Oh, je suis toujours curieux, fureteur et un poil collectionneur, mais moins. Mais ça ne m’empêche pas de me jeter sur des curiosités comme Has A Shadow quand l’occasion se présente. Pensez donc : un duo entre shoegaze, post punk et gothic rock venu du Mexique ! Par ici, des groupes mexicains, on en croise pas souvent, c’est donc une invitation à laquelle je ne pouvais me soustraire. Et bien m’en a pris, car ce deuxième album se révèle assez bath. Ah, ça y est, l’emploi d’une expression ringarde t’as réveillé toi ? Bon, bref. « Sorrow tomorrow » est un condensé de noirceur et de déviance psyché. Ne vous attendez pas à y trouver une once d’éléments folkloriques, la musique de Has A Shadow est finalement très européenne. Assez ancré dans une certaine vision de la musique donc, le duo ne fait que peu de concessions (électroniques) à la modernité. Non pas que ce soit gênant ; obsédants et lancinants, ces neufs titres n’en sont pas moins réussis. Pas parfaits, présentant des aspérités et boursouflures parfois gênantes, mais certainement pas inutiles.

Site officiel

Has A Shadow : Cul de sac

Related Posts

  • 10000
    Faire du neuf avec du vieux est une science complexe , mais un exercice très répandu. Aujourd'hui, nous étudierons le cas de Soviet Soviet. Ce nom, déjà. Les plus au fait d'entre-vous y décèleront une certaine inclinaison vers le post punk. Et il y a du vrai. Beaucoup, même. Et…
  • 10000
    En 2013, « Uncivilized » m'a mis une sacré margnouf' à travers em'guife, comme on dit par chez moi. D'autant plus que je ne l'ai pas du tout vu venir ; je confesse être assez bête pour ne pas me méfier de la scène française, et ne pas prêter attention au post-punk en…
  • 10000
    Vous le voyez ce gouffre au beau milieu d'une étendue d'eau déjà bien inquiétante sur la pochette du troisième album du trio de Detroit ? Et bien si vous vous y penchez un peu, vous apercevrez peut-être la première critique que j'en ai faite. Non, ce n'est pas un effet de…
  • 10000
    Deuxième album pour les New-Yorkais de Drowners. Au programme, un rock indé aux légères incursions post punk (quelque chose dans les guitares) et aux mélodies efficaces. Que les titres soient fortement teintés eighties ou plus actuels, ils ont tous ce quelque chose qui les rend sympathiques. « On desire » n'est ni…
  • 10000
    Eagulls est anglais et s'est apparemment nourri de cold wave. Je n'ai pas eu l'occasion de découvrir leur premier album, mais dès les premières mesures de la superbe « Heads or trails », je suis transporté. Et vous qui avez aimé le désespoir glacé de The Cure seriez bien avisés d'y prêter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *