GRIMNER : Vanadrottning

Il y en a qui se foutent comme d’une guigne de leur anniversaire. Qu’on leur souhaite ou pas, ils continuent leur chemin dans la vie sans regagner en arrière. Alors s’imaginer s’autocélébrer, très peu pour eux ! Et puis pour d’autres, ça revêt une importance capitale. Bon, en vérité, je ne sais pas du tout si, comme je m’apprêtais à vous le faire croire, c’est le cas pour les suédois de Grimner, mais je trouve en tout cas que cet énorme disque vient couronner assez adroitement leurs dix années d’existence et d’efforts au profit du folk metal. « Vanadrottning », donc (« Stekfritt » aurait été plus simple à prononcer pour nous, ils auraient pu y penser, je vous l’accorde) vient se placer dans un créneau pas facile d’accès, celui du « mélodique mais bien metal quand même ». Entendez par là qu’on peut y penser à Finntroll autant qu’à Eluveitie. Alors oui, ça a l’air assez improbable. Mais non. Les riffs sont acérés, les mélodies sont claires et distinctes, et les voix… les deux ! L’une est granuleuse et brutale, l’autre heavy et épique. Le côté sautillant de l’ensemble saute aux oreilles, mais pour autant on ne conseillerait pas « Stekfritt » (vous voyez, c’est plus simple) à tonton Phiphi qui se gave du dernier Sonerien Du. Vous voyez le topo ? Côté textes, pour les suédophones, ce disque se concentre toujours sur la mythologie nordique, mais plus particulièrement sur la légende de la déesse Gullveig, magicienne sombre responsable de la première guerre. Mais ne nous voilons pas la