Greg Graffin : Millport

La country est l’une des mamelles de la musique américaine. Alors quand des musiciens reconnus décident de jouer à « back to the roots », on est pas étonnés qu’ils en prennent le chemin, quel que soit leur genre de prédilection. Greg Graffin, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, est le fondateur et frontman du groupe punk Bad Religion. Le fait qu’il s’adonne sur ce troisième disque solo à un country rock franc et direct n’est donc pas une surprise. En plus, Mike Ness nous avait déjà fait le coup et, oh, tiens, c’est pas possible, on retrouve des membres de Social Distortion ici! Mais à l’écoute de « Millport », on en viendrait à se demander « c’est quoi, la country ? ». Est-ce un souffle, un rythme, une instrumentation, une manière de percevoir l’existence ? La voix de Greg nous ramène directement à sa formation d’origine, certes, mais sur de nombreux titres, on reconnaît aussi l’écriture du bonhomme. Il suffirait d’accélérer un peu le tempo et de changer quelques éléments, et « Millport » pourrait sans mal être estampillé punk rock. Il est là le paradoxe de ce disque ; il pourrait ouvrir ses fans à autre chose, mais les amateurs de country ne se pâmeront pas forcément devant lui. Restent de bonnes chansons, une facilité et une intelligence d’écriture qui méritent le respect, et un amour pour le matériau de base qui transpire de chaque note. Alors, curiosité ou moyen détourné ? Quelle importance, ce sont juste les deux faces de la même pièce, non ?

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Certains sont plus longs à la détente que d'autres. L'annonce de la séparation d'Aerosmith pour que Steven Tyler se lance dans une carrière solo m'a, comme beaucoup, pris de court, et fait autant sourire que soupirer. Bon, ok, aujourd'hui on vit vieux, les progrès de la science, tout ça, mais…
  • 10000
    Bon. Il y en a toujours un ici qui traîne sur le site sans connaître les Dropkick Murphys, alors c'est parti pour une présentation de feignasse. Punk rock de Boston, influs celtiques, groupe de référence, cornemuse. C'est bon, on peut y aller ? Donc, les Dropkick s'enviennent ici avec leur neuvième…
  • 10000
    Vous commencez à me connaître (ou du moins, vous le croyez, gnark gnark gnark), j'aime les choses un peu tordues. Bon, ok, ici, il ne s'agit pas de la musique, mais avouez qu'un nom comme celui-là, c'est pas courant. Ce que je ne conçois pas en revanche, c'est la raison…
  • 10000
    C'est brûlant de fièvre et sur un tempo soutenu qu'arrive le nouveau Woven Hand avec une « Come brave » qui n'entrera pas forcément dans les annales mais qui a le mérite de surprendre et entraîner vers ce qu'on devine être une chevauchée sauvage. Et si « Swaying reed » ralentit le tempo, mimant…
  • 10000
    Une fois n'est pas coutume, les américains d'habitude très country gothique / cow punk The Devil Makes Three se la joue beaucoup plus classique, voir consensuel au sein de ce nouvel et cinquième album (je ne compte pas les albums live). Et pour cause ; il s'agit d'un disque de reprises…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *