GREAT GRANDPA : Plastic cough

Formé en 2014 avec le but de juste faire un bon rock pop marqué des influences des années 90, Great Grandpa sort ici un deuxième album inspiré. Inspiré de qui ? Eh bien, à l’écoute de « Teen challenge », premier titre de ce « Plastic cough », un nom saute aux oreilles : Weezer. Plus précisément, celui du premier album, où la fougue adolescente jouait des coudes avec une certaine idée de la rébellion rock et un amour immodéré pour la mélodie pop. Great Grandpa, c’est ça avec un chant féminin et un son un poil plus actuel. Et si quelques titres se font plus abrasifs, plus grungy, empruntant un peu de sonorités Dinosaur Jr, ou d’autres plus punk ou noise, l’ensemble reste très powerpop et on est pas vraiment en terre inconnue. Ce qui n’empêche pas ce disque de se montrer charmeur en bien des circonstances, ce qui le catapulte dans la catégorie des ptits plaisirs légers et sympathiques. On en demandait pas plus.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Bon, étant donné les disques souffreteux que Weezer nous a pondu en quelques années, nous sortir aujourd'hui un « White album » est quelque peu prétentieux, voire carrément insultant pour la mémoire d'un certain groupe britannique. Car même si « Everything will be alright in the end » avait effacé quelques griefs, on a…
  • 10000
    Weezer est, en quelques années, devenu le groupe le plus irrégulier de la planète rock, capable de pondre des titres imparables autant que d'infâmes bouses commerciales. Aujourd'hui, comme pour nous rassurer après des disques très moyens, il nous affirme qu'à la fin, tout ira bien. Tant mieux. Côté musique, c'est…
  • 10000
    Weezer a décidé de rester dans l'actualité. Même pas remis de leur « Hurley », les voilà qui nous envoient une compilation de chutes de studio, faces b et inédits, toutes époques confondues. Heureusement penseront certains, au moins ça ne se concentre pas sur la dernière période. Tant pis diront les autres,…
  • 10000
    L'opportunité de me coltiner un nouvel album de Weezer si tôt après une bouse infâme comme « Raditude » ne m'enchantait guère, je dois bien le reconnaître, même avec une pochette aussi second degré et référentielle. Heureusement, je constate bien vite que le passage chez Epitaph semble avoir donné de nouveau envie…
  • 10000
    Rivers Cuomo n'est plus le songwriter génial de « My Name Is Jonas » ou « Tired Of Sex », ça, tout le monde en a conscience. Il a même tendance à s'enfermer dans une pop variétoche, à opérer une escalade vers le mauvais goût. « Raditude » n'échappera pas à ce constat alarmant. Si l'introductif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *