GRANDBROTHERS : All the unknown

En 2017, « Open », le disque précédent du duo electro / néo-classique de Dusseldorf ne m’avait pas vraiment surpris, mais il m’avait tout de même positivement marqué, de par son assurance et sa justesse dans un genre où il est facile d’en faire trop ou pas assez. Grandbrothers, malin, s’y était positionné comme un milieu de gamme, presque un arbitre entre les partisans de la prépondérance du piano et ceux qui voyaient plus l’instrument comme un faire-valoir pour les rythmes et effets electro. Pas vraiment de raison pour que ce troisième album change la donne… et il s’évertue d’ailleurs à ne pas le faire. Avec succès. « All the unknown » qu’ils disent ? Pas vraiment ; on se doutait déjà à peu près de ce qu’on allait y trouver. Même que c’est justement pour ça qu’on y revient ; renouer avec cette poésie et cette mélancolie diffuse, cette douceur jamais mièvre, flirter avec la légèreté et la pureté des notes en passant au travers du voile analogique onirique qui les dissimule. Le duo parvient sans mal à nous embarquer une fois de plus dans son univers où le rythme de l’un et de l’autre cohabitent et se répondent pour nous apporter des sensations qu’on ne retrouve que sur l’une de ses œuvres. Bon, ok j’enjolive, mais ça reste quand même un style assez identifiable. Rarement on aura accouplé aussi bien les courbes sinusoïdales de l’un et de l’autre, sans qu’elles se chevauchent, mais en donnant l’impression qu’il s’agit vraiment d’un travail collectif, comme pour un orchestre, et non pas d’un collage plus ou moins maladroit de l’un sur l’autre. « All the unknown » tient donc encore une fois de l’orfèvrerie musicale.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Se présentant comme une formation piano / expérimental, Grandbrothers s’inscrit dans un mouvement de regain d’intérêt pour le genre, mariant électronique et acoustique au sein d’un genre axé sur le feeling et la modernité. Le duo présente des caractéristiques assez particulières et originales en concert… que je laisserait les curieux…
    Tags: l, grandbrothers, d, se, on, y, plus, s, piano, ne
  • 10000
    Les formations étiquetées dark jazz ne sont pas légion, alors chaque sortie du genre est scrutée à la loupe par les fans du genre. Aujourd'hui nous nous interesserons à Fogh Depot, trio moscovite qui, comme souvent, fait se croiser dark jazz et electro-ambiant pour un résultat sombre et créatif. Il…
    Tags: se, ne, classique, electro, electronica
  • 10000
    Kolsch est un musicien et producteur danois qui opère sous ce nom depuis une bonne dizaine d'années. L'homme au chapeau a depuis sorti trois albums remarqués, chargés d'une electro house rythmée, mélodique et jolie, teintée d'influences techno et neo classique les derniers temps. Ce qui lui a aussi valu de…
    Tags: on, plus, ne, neo, y, vraiment, classique, se, electro, electronica
  • 10000
    « Aukai », ce n’est ni un personnage marvel dont le nom aurait été mal orthographié, ni une marque de matériel musical. Cela fait référence à un état de transe selon la culture hawaïenne. Musicalement, Aukai propose un style très poétique, minutieux, délicat, s’inspirant beaucoup de la musique du monde (le monsieur…
    Tags: on, d, qu, plus, se, l, fort, s, neo, classique
  • 10000
    Encore du neo classique qui fricote avec de l'electro ? Oui. Mais le niveau est autrement plus haut que chez les voisins. D'abord, Laake a des moyens certains : suite au succès de son premier ep, il a pu employer les services d'un orchestre. Ce qui tomberait vite à l'eau si Laake…
    Tags: plus, ne, se, on, vraiment, classique, neo, electronica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.